Carnage de Boffa : Les écologistes présentent leurs condoléances et recadrent certains politiciens

Sénégalais sénégalaise au nom de la fédération démocratique des écologiques du Sénégal (F.E.D.E.S) nous présentons nos condoléances aux familles des victimes et s’associe à leur douleur à la suite ce carnage qui s’est passé à Boffa dans la commune de Boutoupa qui a ôté la vie de 13 jeunes sénégalais originaire de la zone sud du pays en Casamance (Kolda, Ziguinchor).

Concernant ce massacre nous disons à certains responsables politiques d’orienter leur reproche vers le gouvernement et aussi des gens qui se disent acteurs de la paix en Casamance car ce dossier semblerait être mal géré.

En effet ce carnage semblerait être lier a la coupe abusive du bois que nous les écologistes nous avons toujours dénoncée et combattue sur le terrain on constate que certains responsables profitent de cette situation pour en faire une affaire politique et même allant au-delàs en se lançant à proférer de fausses accusations pour se faire un buzz politique.

En l’occurrence, monsieur Mameboye Diao et compagnie nous vous rappelons que avant de vous prononcer attendez d’abord les résultats de l’enquête car vous n’êtes ni policier ni gendarme encore moins militaire. Comparez ce qui est comparable ne liez pas ces assassins à l’écologie. RAPPEL : il ne s’agit pas d’être dans la foret pour être un écolo même si la forêt due son essence est une composante essentielle dans l’environnement, l’amalgame entretenu est fait à dessein pour justifier un acte criminel que tout bon écologiste doit condamner avec la dernière énergie pour la simple raison que la vie est la première ressource dont dispose l’humanité.

Et en tant qu’écologistes nous ne voyons dans aucune charte ou dans le code forestier où on dit « il faut protéger la forêt au prix des vies humaines »  sauf votre respect revoyez vos analyses et ne ramener pas cela a des fins politiques calculées.

Quelqu’un qui se trouve sur le terrain forestier actif, maitrise mieux la forêt que celui des impôts. Il ne faut pas faire votre politique de réseaux sociaux à partir de ces faits douloureux.

De ce fait, dans la zone sud la mafia du bois est trop complexe, civils comme les gens de la forêt exploitent, il est temps que l’Etat sénégalais redouble d’efforts pour éradiquer de manière catégorique la coupe abusive du bois, car toute cette mafia composé de lobbying ne va pas pour l’économie du Sénégal car tout ce bois coupé frauduleusement est exporté à l’étranger ce qui engendre beaucoup de problèmes pour le développement durable et pour l’atteinte des objectifs.

Cette forêt n’est pas un guichet automatique ou on doit retirer de l’argent ou, quand, et comme on veut ! C’est une vie à préserver et à respecter. Un pays comme le Sénégal où nous chantons tous les jours la « teranga », nous les écologistes demandons que la lumière soit faite et les auteurs de ce crime soit traqués et punis par la justice, et aussi demandons à l’Etat Sénégalais d’assister sa belle jeunesse intelligente et non sournoise en multipliant les emplois dans les zones les plus reculées du Sénégal. Car, c’est une jeunesse qui tend vers le désespoir, ces jeunes tués lors de cette attaque à Broffa pouvaient servir l’avenir du pays pour un Sénégal meilleur, ont laissé un vide derrière eux paix à leurs âmes.

Dicory BALDE
Membre de la F.E.D.E.S
et président de la jeunesse écologistes du Sénégal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here