Divorcé et ruiné, Emmanuel Eboué s’est engouffré dans l’enfer de la pauvreté!

0

Finaliste de la Ligue des Champions européenne et de la CAN, il y a plus de 10 ans, appelé chez les Eléphants à 79 reprises, Emmanuel Eboué est désormais ruiné. L’ancien latéral droit d’Arsenal, qui vit un divorce difficile, a même pensé au suicide.

Le 17 mai 2006, Emmanuel Eboué, maillot d’Arsenal sur les épaules, affronte le Barça en finale de la Ligue des Champions, il s’apprête également à disputer la première Coupe du Monde de l’histoire de son pays après avoir échoué quelques mois plus tôt en finale de la CAN contre l’Egypte. Financièrement, tout va bien ; l’ancien de l’ASEC vit dans un manoir et conduit des voitures de sport.

Onze ans plus tard, après un départ de Londres en 2011 et un passage de quatre ans à Galatasaray (Turquie), la vie d’Emmanuel Eboué n’a plus rien à voir. Une suspension d’un an suite à un litige avec son ancien agent l’empêche de revenir en Premier League en 2011 ; un divorce lui fait perdre gros, d’un point de vue financier, matériel, mais aussi affectif. Son obsession désormais : fuir les huissiers comme il le confie dans les pages du Mirror, un journal britannique.

De retour dans la capitale britannique, il n’a plus les moyens de se payer un avocat et craint d’être prochainement chassé de chez lui. Aujourd’hui, l’international ivoirien lave ses habits à la main et utilise les transports publics à Londres. Celui qui ne voit plus ses enfants depuis plusieurs mois avoue même avoir pensé au suicide.

A 34 ans, il veut que son histoire serve d’exemple aux plus jeunes, y compris en Afrique. Sur les réseaux sociaux, elle n’a en tout cas pas laissé insensible certains supporters d’Arsenal, un club qu’Emmanuel Eboué a défendu pendant près de 6 ans. En attendant, selon un media turc, Fatih Terim, tout nouveau coach de Galatasaray, lui aurait proposé de devenir l’entraîneur-adjoint des U14 du club stambouliote. Une première main tendue…

Avec RFI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here