«Mankoo Taxawu Senegaal n’est pas une alliance pour se partager des sièges de députés»

by Koldanews | mardi, Mai 16, 2017 | 175 views

Pour une de ses premières sorties médiatiques, sous sa casquette de coordonnateur de Mankoo Taxawu Senegaal, Malick Gakou l’a réservé à L’Observateur. Dans cet entretien, le leader du Grand Parti (Gp) revient sur les conditions de son choix, les enjeux de la liste commune et sur certaines dispositions de mise en œuvre du projet. Vous venez d’être désigné coordonnateur de Mankoo Taxawu Senegaal. Comment le choix s’est-il fait ?

 tiens tout d’abord à rendre grâce à Dieu. Je remercie aussi mes pairs pour cette marque de confiance et salue leur humilité et leur esprit de dépassement. Car chacun des leaders de la coalition a les prédispositions et l’expérience requise pour en assurer la coordination. Mais animés tous par le souci de servir le pays, chacun a mis de côté toute ambition personnelle afin de favoriser la mise en place de cette large coalition que l’on pensait impossible. Personnellement, je suis honoré d’avoir été choisi à l’unanimité comme coordonnateur. Et à ce titre, je ne ménagerai aucun effort pour relever les défis que Mankoo Taxawu Senegaal s’est fixé dans l’intérêt exclusif de nos populations. Avez-vous mesuré la responsabilité qui pèse sur vous ?
Bien sûr que la tâche ne sera pas facile. Mais il s’agit avant tout d’un travail d’équipe. Et tous les leaders de Mankoo Taxawu Senegaal sont animés par cet esprit d’équipe, avant même la mise en place de la coalition et encore plus depuis sa création. C’est parce que nous avons tous la volonté de travailler ensemble et d’aller dans la même direction que nous sommes parvenus à cette coalition inédite. Car c’est la première fois dans l’histoire politique du Sénégal que presque toute l’opposition se retrouve dans une coalition aussi large pour faire face au pouvoir en place. Mais cela s’explique par la situation difficile que traverse le pays et qui nous recommande de nous regrouper pour abréger les souffrances des Sénégalais. C’est tout l’enjeu des législatives du 30 juillet prochain. C’est à ce niveau que je mesure la responsabilité qui nous incombe en tant que leaders de Mankoo Taxawu Senegaal. Nous avons le devoir d’envoyer à l’Assemblée des députés qui ne sont animés que par la défense des intérêts des populations. C’est le sens de notre combat et notre seule motivation. L’espoir que nous suscitons auprès des populations est tellement grand que nous devons aller jusqu’au bout. Nous avons une immense responsabilité et nous n’avons pas le droit d’échouer.
Est-ce facile de diriger une coalition dont les membres ont des intérêts divergents ?
On ne peut parler d’intérêts divergents dès lors que nous partageons la même ambition qui est de réhabiliter l’Assemblée Nationale et de défendre les intérêts supérieurs de la Nation. Mankoo Taxawu Senegaal n’est pas une alliance pour se partager des sièges de députés ou pour assouvir des ambitions personnelles. Nous avons plutôt mutualisé nos forces pour en finir avec la politique de régression pratiquée par l’actuel régime. L’objectif est d’arriver à mettre en œuvre après les prochaines législatives la plateforme du 4 mai 2017 au bénéfice exclusif du peuple sénégalais. Or, cette ambition est la même pour toutes les composantes de Mankoo Taxawu Senegaal. On ne peut donc en aucune façon parler d’intérêts divergents.
Vous travaillez pour une liste commune, quel est le schéma que vous avez retenu pour les investitures ?
Les travaux se poursuivent au niveau de la Conférence des leaders de la Coalition Mankoo Taxawu Senegaal. Le moment venu, nous vous tiendrons informés. Retenez simplement que, quelle que soit la formule utilisée, la Coalition n’agira que dans l’intérêt des populations sénégalaises
Tous les leaders sont-ils prêts à aller se battre dans leurs départements respectifs ?
Si cela s’avère nécessaire pour assurer la victoire de la coalition et rendre au peuple sénégalais sa dignité, personne d’entre nous n’hésitera à le faire. Nous pensons d’ailleurs que le combat se fera d’abord au niveau des Communes et des Départements si nous voulons parvenir aux changements profonds que nous souhaitons. Car, il va de soi que chacun devra gagner chez lui pour que la coalition sorte majoritaire au soir du 30 juillet prochain et puisse initier les réformes voulues. L’hypothèse est donc à envisager même si nous avons retenu que la place des uns et des autres sur les listes devra être déterminée en définitive par la Conférence des leaders. Toujours est-il que nous choisirons partout la meilleure formule pour nous assurer de la victoire de Mankoo Taxawu Senegaal. Aucun sacrifice n’est de trop pour sauver le Sénégal à travers l’unité de Mankoo et des Forces vives de la Nation.
L’idée de faire de Me Wade, la tête de liste de l’opposition a été agitée. Est-ce toujours d’actualité ?
Comme je vous l’ai dit, les travaux se poursuivent au sein de la Coalition. Aucune formule n’a encore été retenue, y compris celle-là. Je tiens toutefois à rendre hommage à ce grand homme d’Etat, ce grand démocrate, le Président Abdoulaye Wade pour les services rendus au Sénégal, à l’Afrique et au monde. Nous avons déjà sa bénédiction et je ne doute pas qu’elle nous sera d’un grand apport. Je rappelle que si Mankoo a pu voir le jour, c’est grâce à ses conseils avisés et sa volonté farouche de regrouper les forces de l’opposition pour parvenir au changement et remettre le pays sur la trajectoire du développement économique et social.
Quel est le quota qui sera réservé à chaque formation ?
Encore une fois, nous ne sommes pas dans une logique de partage de sièges. Mankoo Taxawu Senegaal est la coalition du Peuple puisqu’elle n’a pour seule ambition que de parvenir à une vraie Assemblée de rupture, capable d’initier de profonds changements pour améliorer le quotidien des Sénégalais. Ce qui induit une approche et des dynamiques nouvelles pour le renforcement de notre démocratie et du rôle de l’Assemblée nationale dont la vocation est de créer les conditions d’une société sénégalaise porteuse de progrès. C’est cela que vise notre coalition. A cet égard, nous mettrons les hommes et les femmes qu’il faut à la place qu’il faut indépendamment de leur appartenance politique avec, comme bréviaire, la volonté de servir avec honneur et dignité la République.
Même s’il n’est pas question de fixer un quota, sur quelle base allez-vous quand même allouer les sièges si l’on sait qu’il y a des partis qui ne sont jamais allés à une élection. C’est le cas du Grand parti (Gp)…
Certes, le Grand Parti est né il n’y a pas longtemps et donc participera à ses premières élections. Mais vu le travail immense qui a été abattu depuis sa création et l’adhésion massive des Sénégalais à son projet de société, le Grand Parti s’est imposé sur l’échiquier politique en moins d’un an d’existence. C’est donc avec fierté et humilité que je salue le travail de tous nos camarades à travers le Sénégal et dans la Diaspora. Grâce à leur engagement militant et leur détermination, le parti est devenu une force incontournable dans le paysage politique. Je témoigne ma reconnaissance à toutes ces femmes, tous ces hommes et tous ces jeunes qui se battent sans relâche à mes côtés pour le triomphe de notre idéal et de notre projet de société. Je ne peux qu’être fier de ce combat, tout en remerciant le Peuple sénégalais qui a très bien compris le sens de notre action politique.
En optant d’aller aux Législatives en coalition, ne différez-vous pas simplement le problème du leader de l’opposition ?
Il n’y a pas un problème de leadership au sein de l’opposition dont tous les membres se considèrent d’égale dignité. Tout le monde peut remarquer qu’il n’y a pas un problème d’ego au sein de Mankoo
Taxawu Senegaal et que nous travaillons tous main dans la main pour offrir des lendemains meilleurs au peuple sénégalais. Notre seul problème, c’est justement la mal gouvernance qui caractérise le régime actuel. Et c’est pourquoi nous travaillons à l’union des forces pour créer une liste commune aux législatives du 30 juillet 2017 afin de mettre fin à la situation économique et sociale très difficile que traverse le pays.
N’est-ce pas un échec pour vous, la jeune génération, d’être coachée par un homme que vous avez combattu en 2012 en raison de son âge avancé ?
Encore une fois, cette question a été juste agitée comme tant d’autres d’ailleurs. Cela dit, Mankoo Taxwu Senegaal se veut une coalition représentative de toutes les catégories d’âge et toutes les couches sociales.
N’est-ce pas Amadou Ampathé Ba qui disait que ” la beauté d’un tapis, c’est la variété de ses couleurs ? L’essentiel pour nous est que tous ceux qui se réclament de Mankoo ne sont animés que de la volonté de travailler ensemble pour mettre fin au calvaire des Sénégalais. Après tout, c’est un honneur et un privilège de travailler avec un homme de la dimension de Maître Wade. Il suffit d’ailleurs de comparer sa gouvernance à ce que nous vivons actuellement pour s’apercevoir très honnêtement que son magistère n’était pas aussi mauvais qu’on le pensait. Nous n’avons donc aucune gêne à bénéficier de sa sagesse et de son expérience. D’autant que Maître Wade n’est demandeur de rien, il veut juste nous accompagner dans ce combat qu’il trouve juste et utile pour le pays, quelle que soit la formule retenue.
Quid des observateurs selon qui, jouerz la carte Wade, c’est accepter le surplace en attendant que Karim Wade revienne en politique…
Je me demande franchement comment on peut envisager un scénario pareil. C’est carrément absurde et irréel. Mankoo Taxawu Senegaal est un vaste rassemblement de leaders libres et responsables qui travaillent la main dans la main pour apporter de vrais changements dans la conduite des affaires du pays. Il ne s’agit pas d’un jeu. Il est question de l’avenir des Sénégalais qui doivent élire leurs représentants au niveau de l’Assemblée nationale, en espérant parvenir cette fois-ci à une vraie rupture.
Vous proposez de gagner ensemble pour ensuite gérer en ensemble. En cas de victoire, la gestion du pouvoir ne risque-t-elle pas de poser problème avec de nombreux acteurs ayant investi politiquement s’attendant aux dividendes ?
Personne ne raisonne de la sorte dans Mankoo. Nous pensons tous que le Sénégal a plus que jamais besoin de tous ses fils pour sortir de la morosité économique et sociale qu’il traverse. Aucun Sénégalais n’est de trop pour contribuer au développement du pays. Et cela ne pose aucun problème dès lors que tous les acteurs sont animés par la volonté de veiller aux intérêts exclusifs du Sénégal.
En acceptant de coordonner Mankoo, ne risquez-vous pas de rater l’occasion de vous jauger en tant que Grand Parti ?
Le Grand Parti est certes très important pour nous mais le Sénégal passe avant tout. Les intérêts du Sénégal sont ceux du Grand Parti. Heureusement, les militants et sympathisants du Grand Parti le comprennent ainsi parce qu’étant tous habités par la même fibre patriotique.
Le regroupement de l’opposition, n’est pas une manière de dissimuler les faiblesses individuelles des partis politiques qui la composent ?
Il n’y a pas de partis politiques faibles. Chaque voix est importante en démocratie. On a juste conscience que pour être efficace, il fallait réunir nos forces. Et c’est donc très louable d’avoir toutes ses entités au Sein de Mankoo Taxawu Senegaal pour faire face au pouvoir en place. L’union ne fait-elle pas la force ?
Etes-vous conscients du risque que l’opposition prend en cas de défaite aux Législatives ?
Le Sénégal va mal. Les Sénégalais crient famine, ont soif de justice, de liberté et surtout, ils veulent changer les choses. C’est pourquoi Mankoo Taxawu Senegal triomphera haut la main. Et puis, croyez-vous vraiment que l’opposition prend un risque. Le risque, ce n’est tout de même pas d’unir nos forces pour arriver à bout de ce régime dictatorial.
Vous pourrez être investi à Guédiawaye pour les Législatives. Le cas échéant, même si Aliou Sall n’est pas partant, est-ce que ce ne serait pas une belle occasion pour prendre votre revanche après votre défaite au référendum ?
Il ne s’agit nullement de prendre une quelconque revanche. Tout d’abord, le référendum n’est pas une élection. Ce n’est ni plus ni moins qu’une consultation populaire. Et d’ailleurs, tout le monde a vu les conditions dans lesquelles ce référendum s’est tenu. Le Président Macky Sall a eu le temps de se préparer avec ses campagnes déguisées appelées pudiquement tournées économiques avant de décider en un mois d’organiser le référendum. Malgré tous ces subterfuges, force est de reconnaitre que le référendum était un désaveu pour lui vu que le score du ” Non cumulé au taux d’abstention faisant presque les trois quart de l’électorat.
Justement, parlons de Aliou Sall. Que pensez-vous de cette histoire de ” faucons du Palais qui le selon lui le combattent ?
Si le frère du Président de la République affirme qu’il y a des faucons au Palais, il sait certainement de quoi il parle. C’est vraiment dommage de se sentir dirigé par des faucons. Aussi, pour redonner à la République ses vrais attributs et ses vraies valeurs, rien n’est plus important qu’une victoire de Mankoo le 30 juillet prochain. C’est le sens de l’appel patriotique que nous lançons au Peuple sénégalais pour sauver la Nation, renforcer notre démocratie et remettre notre pays sur la voie du développement.
Un bon leader doit avoir une base qui lui est fidèle. Est-ce que perdre encore Guédiawaye ne va pas freiner votre ambition nationale ?
Je rappelle, qu’à titre personnel, je n’ai jamais participé et perdu une élection à Guédiawaye. Les deux seules élections durant lesquelles j’ai sollicité le mandat des populations pour la Mairie de Guédiawaye et le Conseil régional de Dakar en 2009 comme tête de liste, je les ai gagnées haut la main. Lors des dernières élections locales de 2014, j’avais décidé pour des raisons maintes fois expliquées de n’être candidat et de ne figurer sur les listes. Aujourd’hui, tout ce que je peux vous dire, c’est que jamais la population de Guédiawaye ne s’est autant mobilisée derrière un homme, qui plus est, est un des leurs, pour prendre en charge les changements dont le Département a grandement besoin. La population de Guédiawaye est consciente des enjeux de ces législatives. Elle est déterminée à accompagner son fils que je suis et qui, depuis toujours, consacre son énergie, son engagement et ses moyens au rayonnement de sa localité. Je ne doute pas un seul instant de la victoire éclatante de Mankoo Taxawu Senegaal à Guédiawaye.
Quelle est la place de Khalifa Sall dans le dispositif que vous allez mettre en place ?
Pour moi, la libération de Khalifa Sall est au premier rang des priorités dans mon combat politique. Il en est également ainsi pour tous les membres de la coalition et même au-delà, de Sénégalais épris de justice. Cela dit, comme chaque maillon de la chaine, Khalifa Sall occupe une place importante au sein de Mankoo Taxawu Senegaal. Il est un leader incontesté avec une expérience politique avérée qu’il met au service de la capitale dont il est maire et de son pays. Un homme comme lui n’a pas sa place en prison. Et c’est tout le sens du grand rassemblement du vendredi 19 mai 2017 sur le Boulevard Général De Gaulle X Rue 25 à Dakar pour la libération des otages politiques comme Khalifa Sall et cie, la défense des libertés, la sauvegarde des ressources naturelles, notamment pétrolières et contre la vie chère et la rétention des cartes d’électeurs. J’appelle toutes les couches de la population à se joindre à nous pour rappeler à l’ordre l’actuel régime sur toutes ces questions.
Dirigera-t-il la liste départementale de Dakar ?
Pour Dakar, la réflexion continue, étant entendu que le plus important pour la Coalition du Peuple que nous constituons est de gagner dans tous les Départements du pays par la conjugaison de nos forces et le soutien actif des populations. C’est sous ce regard et tenant compte des enjeux nationaux que la place de mon grand frère Khalifa Sall, maire de Dakar sur les listes, sera déterminée par lui-même en relation avec la Conférence des leaders. Mais quelle que soit la formule retenue, le coefficient personnel de Khalifa Sall sera d’un apport déterminant pour la victoire du Peuple contre les forces de régression.
Ndiaga Ndiaye (Observateur)
Like it? Share it!

Leave A Response