mardi, août 3, 2021

Jeunesse et Agriculture: Mame Mbaye Niang annonce la création de quatre Domaines agricoles communautaires

Ne ratez pas!

L’Etat mise grandement sur l’agriculture pour combattre le chômage qui frappe les jeunes. Ainsi, le ministère de la Jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne a annoncé la création de quatre Domaines agricoles communautaires (Dac) pour un financement de 29 milliards de francs Cfa.

Pour lutter contre le chômage des jeunes, le gouvernement mise essentiellement sur les Domaines agricoles communautaires (Dac) dans le cadre de la mise en œuvre du Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac). Après les Dac de Séfa (Sédhiou), d’Itato (Kédougou), de Keur Momar Sarr (Louga) et de Keur Samba Kane (Diourbel) qui sont en chantier, le ministre de la Jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne a annoncé hier à l’Assemblée nationale, lors de l’examen de son budget 2016, que l’Etat s’apprête à ériger quatre autres pour favoriser l’accès à l’emploi chez les jeunes.
Relavant certes la faiblesse de la dotation budgétaire allouée au Prodac, Mame Mbaye Niang a précisé que l’essentiel du financement provient de l’extérieur. A cet égard, informe-t-il, un financement de 29 milliards de francs Cfa en cours de finalisation est attendu.
En outre, le ministre a admis les problèmes auxquels sont confrontés les jeunes porteurs de projets pour accéder aux financements. Cependant, M. Niang précise que la plupart de projets ne sont ni porteurs ni bancables. « Il n’y aura pas de projet porteur et bancable qui n’aura pas de financement. Le problème majeur que nous avons, c’est la pertinence des projets et la garantie de rembourser l’argent public qui a été mis à la disposition du porteur du projet», relativise le ministre de la Jeunesse.
Des problèmes qui font qu’au niveau du département de Pikine, une somme de 600 millions de francs Cfa dédiée au financement des projets est disponible depuis 8 mois et qu’à ce jour, seuls 80 millions de francs Cfa ont été décaissés. Au niveau de l’Agence nationale de promotion de l’emploi des jeunes (Anpej), on relève également que sur 3 233 demandes de financements, seuls 235 ont été sélectionnées.
Evoquant des raisons de transparence, Mame Mbaye Niang s’appuie sur les expériences de l’ancien régime pour expliquer les difficultés d’accès au financement. « Il y a des montants qui sont disponibles, mais le Peuple a demandé au président de la République une gestion transparente, rationnelle. Je pense que les procédures qui sont appliquées aujourd’hui aux jeunes porteurs de projets émanent de retour d’expériences de ce qui s’est fait dans les années précédentes», explique-t-il rappelant l’exemple de l’ex-Fonds national de promotion des jeunes (Fnpj) où sur les 10 milliards de francs Cfa qui ont été mis à la disposition des jeunes, seuls les 7% ont été remboursés par les bénéficiaires.

Par ailleurs, en 2016, le Prodac va abriter un financement de 30 milliards de francs Cfa de la Banque islamique de développement (Bid) comme programme indicatif de coopération entre cette institution financière et le Sénégal. En attendant, dans le cadre de son exécution, le Prodac va démarrer en 2016 avec 2,5 milliards de francs Cfa venant de l’Etat du Sénégal.
bgdiop@lequotidien.sn

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Afghanistan: l’attaque à Kaboul est terminée, tous les assaillants tués

(Belga) L'attaque survenue mardi soir à Kaboul, impliquant un véhicule piégé et des assaillants à pied, près du domicile...

Notre sélection pour vous