Chambre de commerce de Dakar : Serigne Mboup tend la main à Lamine Niang et invite les contestataires à rejoindre les rangs

L’Union nationale des Chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal (Unccias) a apporté son soutien à Lamine Niang, l’actuel président de la Chambre de commerce de Dakar (Cciad).

Le Président de ladite structure, Serigne Mboup, s’est exprimé sur la question en marge de la réunion des Présidents et Secrétaires généraux des chambres de commerce du Sénégal, ce jeudi 13 août 2015 à Thiès, qu’il présidait . « Nous, en tant que présidents, nous sommes solidaires avec le président Lamine Niang. Ce n’est pas notre problème certes, mais c’est celui des autorités publiques. Il est donc un président légitime parce que nos mandats ont été prolongés. Notre intention est d’aller rencontrer tout le monde, de lever toutes les équivoques et de travailler ensemble», a confié le patron de l’Unccias.

Président de la Chambre de commerce de Kaolack (Cciak), M. Mboup d’inviter les contestataires à rejoindre les rangs pour un retour au calme. Il a précisé que ceux-ci sont les bienvenues dans les discussions, s’ils sont véritablement des hommes d’affaires ou des opérateurs publics. « En tout cas, moi au niveau de la Cciak que je préside, je n’accepte pas qu’une personne, employée de la chambre, s’implique dans le fonctionnement de la chambre ou dans le fonctionnement électoral des chambres».

Pour lui, le décret 2003-827 du 10 octobre 2003, objet des contestations, n’a été ni cassé, ni jugé « en violation du principe de non-rétroactivité des actes administratifs, par la Cour suprême. « Aujourd’hui, si vous déposez un recours, on suspend l’application. Mais si on suspend l’application, il y a un autre décret qui est là. Aujourd’hui, la question sur la légitimité des chambres ne se pose pas, parce que le décret n’a pas été cassé. Il y a une suspension», a insisté SerigneMboup qui, au nom de ses collaborateurs, lance un appel à l’Etat. « Nous lançons un appel solennel aux autorités et les invitons à régler cette affaire. Nous travaillons pour aller vers des élections transparentes. On lance donc un appel aux autorités compétentes de nous aider tout autant que les contestataires qui veulent leurs implications».

Source:www.setal.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here