mercredi, juin 12, 2024

Burundi : le bilan accablant des manifestions contre la candidature de Nkurunziza

Ne ratez pas!

Depuis l’annonce de sa troisième candidature, le président burundais Pierre Nkurunziza aurait orchestré la répression des manifestants contre sa candidature. De violents affrontements entre forces de l’ordre et population ont eu lieu dans la capitale Buzumbura sans que le monde ne soit au courant du véritable bilan des affrontements. Ce jeudi 18 juin, la principale organisation des droits de l’homme du pays, l’Aprodh, a annoncé que les violences auraient fait 70 victimes, loin de la cinquantaine donnée jusque là. L’Aprodh a fait, également, état d’une résurgence de la torture.

En effet, le président de l’Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues (Aprodh), Pierre-Claver Mbonimpa, rapporte des chiffres accablants. Selon M. Mbonimpa son organisation aurait recensé « 70 cas de personnes tuées, au moins 500 personnes qui ont été blessées et plus de 500 personnes qui sont dans les prisons. Il y en a d’autres qui se trouvent dans les cachots de la police et dans les cachots du Service national des renseignements. ». Dans le lot des victimes, les forces de l’ordre ne sont pas épargnées, ils dénombrent quelques dizaines dans leurs rangs. Il appelle que ces derniers auraient tiré à balles réelles sur la population.

Le président de l’Aprodh ne s’arrête pas là. Même si la police et les services de renseignement burundais prennent le contre pied, M. Mbonimpa affirme qu’il y’a entre 800 et 1000 personnes emprisonnées et la plupart sont torturées.  Les avocats de l’organisation, photos à l’appui, assurent qu’ils ont déjà porté plainte, mais il n’y a pas eu de suite jusqu’ici.

Avec rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

La période de vérification reCAPTCHA a expiré. Veuillez recharger la page.

Articles récents

Notre sélection pour vous