mardi, juillet 23, 2024

1er Mai : Gora Khouma juge inutile de déposer un cahier de doléances un an après des revendications restées vaines

Ne ratez pas!

La fête du travail sera célébrée ce vendredi 1er mai 2015. En marge de cette journée, les travailleurs regroupés dans différents mouvements syndicaux déposent un cahier de doléances dans lequel toutes leurs revendications sont listées et leurs résolutions instaurent un climat d’apaisement et surtout mettraient les travailleurs dans de très bonnes conditions de travail. A l’instar des autres syndicats, le 1er mai 2014, celui des transporteurs routiers du Sénégal avait respecté la tradition. Un an après, les revendications sont restées vaines. C’est pourquoi, selon le Secrétaire général du STTRS (Syndicat des transporteurs routiers du Sénégal) ils n’iront pas déposer un cahier de doléances. C’est du moins ce qu’a fait savoir Madani Sy, joint par gfm.sn. Il explique l’état d’avancement de leurs revendications.

« Nous avions déposé l’année passée à la date du 1er mai notre cahier de doléances présenté au gouvernement, mais depuis lors, rien n’est fait en vue de résoudre les difficultés dont souffrent depuis 2009 les transporteurs du Sénégal. Ce cahier de doléances qui a été remis au gouvernement doit être étudié et remis à son tour au patronat pour son application, mais malheureusement cela traîne. »

Dans ce cahier de doléances, à l’en croire, « il y avait entre autres doléances la réduction du prix du carburant, les tracasseries, le respect de la convention collective par le patronat, la signature de contrats pour l’ensemble des travailleurs et le renouvellement du parc interurbain. Malheureusement, jusqu’à présent, rien n’est fait ». A l’en croire, « même en ce qui concerne la nouvelle baisse du prix du carburant, cette décision n’émane pas de la résolution des revendications de nos doléances. Nous avions observé une grève qui a poussé les autorités à revoir en baisse ce prix du carburant. Et comme que dans ce pays, il faut observer une grève pour se faire entendre et avoir satisfaction à vos doléances, nous allons adopter le même schéma. C’est-à-dire, nous allons entamer une grève pour que nos revendications soient résolues. Donc, il n’est pas nécessaire de déposer un cahier de doléances. Il n’est pas encore moins nécessaire de rencontrer le gouvernement ou le président de la République pour trouver des solutions aux revendications ».

Parmi lesquelles, à l’en croire, « figure la convention collective. Sa mise en œuvre devrait permettre à chaque travailleur d’avoir un contrat de travail pour qu’il puisse faire une déclaration à la Caisse de sécurité sociale et à l’Ipres (Institut de prévoyance retraites du Sénégal). Ce, pour lui permettre de remplir ses droits à la retraite. Il y a aussi la classification des salaires. C’est-à-dire que chaque travailleur puisse avoir le salaire qu’il mérite, mais toutes ces revendications n’ont pas eu de solution de la part du gouvernement ».

source: www.gfm.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

La période de vérification reCAPTCHA a expiré. Veuillez recharger la page.

Articles récents

Kamala Harris, la vice-présidente, recherche vice-président: qui pour la seconder?

Kamala Harris, soutenue par Joe Biden et par de nombreux ténors démocrates, apparaît désormais la mieux placée pour être...

Notre sélection pour vous