Félix Faure, Jules Ferry, Félix Eboué ces trois rues de Dakar qui portent des noms de franc-maçons!

Avenue Cheikh Ahmadou Bamba, allées Serigne Babacar Sy, Avenue Hyacinthe Thiandoum, les artères de la ville de Dakar prennent, petit à petit, les noms d’illustres personnalités sénégalaises, qui ont abreuvé ce pays de valeurs et de vertus. Mais, vous ne vous en doutiez sûrement pas. A côté de ces voies aux noms en harmonie avec notre histoire et nos croyances, figurent des rues, portant des noms d’anciens hommes politiques français, reconnus pour être des responsables maçonniques.

1-Rue Félix Faure

Vous habitez Dakar et vous vous êtes certainement baladés un jour, sur la rue Félix Faure. Si vous n’avez jamais flâné sur l’asphalte de cette rue, vous en avez certainement entendu parler. Mais, tenez vous bien : cette voie porte le nom d' »Un franc-maçon notable». En effet, renseigne l’encyclopédie Wikipédia, « Félix Faure est franc-maçon, la ville du Havre et sa loge Aménité lui délivre le grade d’apprenti en 1865, puis de maître à partir de 1869». Septième (7e) président de la République française, Félix Faure, est né à Paris le 30 janvier 1841 et mourut soudainement, quatre ans après son élection.

2-Rue Jules Ferry

Non loin de la rue Félix Faure, se situe une autre rue : la rue Jules Ferry. Né le 5 avril 1832 à Saint-Dié et décédé le 17 mars 1893 à Paris, Jules Ferry fut homme politique français. Il est considéré comme le promoteur de « l’école gratuite et obligatoire» en France. Il fut cependant Franc-maçon et marié à 43 ans. « Le 8 juillet 1875, les francs-maçons donnent une grande solennité à sa réception par le Grand Orient de France (loge La Clémente Amitié). Par la suite, Ferry appartiendra à la loge Alsace-Lorraine, renseigne l’encyclopédie».

3-Rue Félix Eboué

Connaissez-vous la Rue Félix Eboué ? Si oui, sachez que Félix Eboué fut une personnalité de la franc-maçonnerie française. Né le 26 décembre 1884 à Cayenne en Guyane et mort le 17 mai 1944 au Caire en Égypte, Félix Eboué fut administrateur colonial. « Humaniste, franc-maçon, il fut membre de la Sfio jusqu’en septembre 1939», renseigne Wikipédia.

Aujourd’hui, 55 ans après l’indépendance, le fait que des rues du Sénégal, pays où l’Islam et le christianisme se côtoient dans la paix et inoculent des valeurs humaines et religieuses aux fils de la nation, portent des noms de franc-maçons, semble inappropriés. Les responsables communales et étatiques devraient poursuivre cette l’initiative visant à rebaptiser ces rues en leur donnant des noms plus conformes à notre histoire et à nos croyances.

SENEWEB

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here