Campagne de commercialisation de l’arachide : Le prix au kilo est fixé à 200 F

0

Le ministre de l’Agriculture et l’Equipement rural, le Dr Papa Abdoulaye Seck, a animé une conférence de presse ce lundi, en présence de représentants des organisations professionnelles et des syndicats.

Concernant la campagne de commercialisation arachidière, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, le Dr Papa Abdoulaye Seck, a indiqué que le Sénégal est dans une bonne dynamique : « Le 02 décembre dernier, j’ai reçu de Mr Massamba Dioum, le président du CNIA, une proposition pour la fixation du prix au producteur pour cette campagne à 200 F Cfa. Le même jour, j’ai saisi par écrit Monsieur le Premier ministre, qui m’a demandé de présenter une communication au conseil des ministres du 10 décembre pour qu’une décision soit prise», a-t- il révélé.

Le ministre a souligné que lors de ce conseil du 10 décembre, le Président de la République Macky Sall, a confirmé le prix proposé par le CNIA et en outre, a pris deux décisions importantes qu’il convient de porter à l’attention des concernés.

Mise en place d’un fonds de commercialisation et reconduction du protocole d’accord Etat-Huiliers

La première décision, c’est la mise en place d’un fonds de commercialisation avec un taux bonifié de 6% contre 13%. Ce fonds doit permettre d’acheter 50 000 tonnes de semence qui, cette année, seront composées de 50% pour les semences écrémées et de 50% pour les semences certifiées.

La deuxième décision prise par le Président de la République, a poursuivi le ministre, c’est la reconduction du protocole d’accord Etat- Huiliers, car comme vous le savez tous, ce mécanisme permet à l’Etat d’intervenir lorsque les cours mondiaux enregistrés sur le marché international sont inférieurs au prix fixé.

Par conséquent, déduit Dr Seck, et à l’évidence pour nous dire, que le gouvernement du Sénégal a tenu absolument à confiner les intérêts des producteurs et ceux des industriels; car la filière arachidière au Sénégal se portera bien si nous avons des producteurs forts, qui ont des prix rémunérateurs, et si nous avons aussi des industriels qui sont forts parce que pouvant fournir des produits dans de bonnes conditions.

« Donc, ce compromis est absolument nécessaire si nous voulons assurer une autosuffisance alimentaire forte». Et l’occasion a été saisie par le ministre, pour préciser que le gouvernement du Sénégal est dans une logique de réforme profonde de la filière arachidière en vue d’en optimiser les performances.

« Et il faut que chacun de nous apporte sa contribution pour qu’en agrégeant nos efforts, nous puissions avoir une filière arachidière intégrée», a-t- il invité les acteurs.

En ce qui concerne les 50 000 tonnes de semence, Dr Papa Abdoulaye Seck a voulu préciser que le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural (MAER) ne fait plus de notification aux opérateurs avant ; « il faudrait qu’on se comprenne bien. C’est une rupture fondamentale que nous apportons et qui va dans le sens de la fortification de la filière arachidière sénégalaise!»

La procédure, explique-t-il, est que les opérateurs qui veulent participer doivent s’adresser à la Caisse nationale du crédit agricole (CNCA) « qui va nous envoyer la liste des bénéficiaires, les services compétents du ministère vont contrôler la qualité des bénéficiaires. Et, c’est que le MAER va faire des notifications en se fondant sur la recevabilité de la qualité qui a été contrôlée». « En opérant de la sorte, nous pourrons véritablement obtenir des semences écrémées de bonne qualité», a ajouté le ministre.

« En ce qui concerne les semences certifiées, dans chaque localité nous avons une commission de réception composée de l’administration territoriale, de la direction régionale du développement rural, des organisations de femmes, professionnelles, des syndicalistes, des élus, etc; au nom de la transparence et de l’équité», a-t- il rassuré.

En opérant de la sorte, le MAER veut réitérer une volonté indomptable : « celle de tout mettre en œuvre pour que la filière arachidière sénégalaise soit gérée avec transparence et équité au bénéfice de tous».

Puisqu’il faut suivre ce processus, le ministre a décidé de présider personnellement tous les 15 jours, une réunion regroupant l’ensemble des acteurs, aussi bien du secteur privé que des organisations professionnelles. « Et nous allons désigner un porte- parole, qui aura en charge de rendre publiques les décisions prises lors de ces réunions, parmi les organisations professionnelles», a-t- il souligné.

Le ministre fera incessamment une tournée dans le bassin arachidier et aussi au sud du Sénégal pour échanger sur le terrain avec l’ensemble des acteurs pour harmoniser.

Enfin, le MAER compte ouvrir officiellement la campagne de commercialisation le 29 décembre 2014. Et toutes les dispositions sont prises pour que nous puissions démarrer dans d’excellentes conditions cette campagne au bénéfice des opérateurs, des organisations professionnelles, du secteur privé, de tous les acteurs intervenants au niveau des chaînes de valeur.
Le ministre pense qu’avec la transparence, il est tout à fait possible d’avoir une autre filière arachidière, plus performante, « qui va mieux nourrir son homme et qui va approvisionner dans d’excellentes conditions notre pays le Sénégal».

Avec Setal.net,

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here