Appui à l’élevage familial au Fouladou fruit d’un partenariat AECID et Guney

0

Depuis son lancement ce nouveau projet de lutte contre la pauvreté, la faim et à l’autonomisation des femmes déroule ses activtés. Ce projet financé d’un coût de183 411 650 FCFA avec un financement de Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement ( AECID)  à hauteur de 161 870 250 FCFA et  une contribution de la fondation Guney 11 690 700 FCFA  complété par les bénéficiaires avec prés de 9millions. Ce projet prévue pour 18 mois va couvrir la zone de l’arrondissement de Mampatim, la communauté rurale de Dioulacolon celle de Tankanto Escale , la commune de Diaobé et  la communauté rurale de Koulinto dans le département de Médina Yéro Foulah. Selon son coordonateur le Dr Bouraima Diao 2000personnes vont être touchées dont 75% des femmes d’ici la fin de ce programme.

Le travail  se fait avec l’élevage des espèces à cycle court,  qui constitue un grand potentiel de développement du milieu rural. A coté de leur importance économique, les espèces à cycle court jouent un rôle socioculturel non moins important : les volailles, les moutons et les chèvres sont commercialisés pour répondre aux besoins urgents et vitaux de la famille (achat de vivres, Soins de santé d’un membre de la famille, Scolarisation des enfants) et ils sont abattus à l’occasion d’événements culturels et religieux (accueil d’un hôte, baptêmes, tabaski et autres cérémonies)

Cet élevage peut contribuer de manière significative à l’amélioration de la nutrition et à la création de revenus, pour les femmes en particulier. Mais à kolda cet élevage est menacé par des mortalités et morbidité élevées.

 Le projet  consiste d’une part à la sécurisation des élevages des espèces à cycle court (basse cour, moutons et chèvres) par la lutte contre les maladies et les prédateurs, et d’autre part à l’amélioration des productions  par le renforcement technique des producteurs et de leurs organisations.

La promotion des activités d’élevage à partir des femmes a pour but de générer des revenus pour faire face aux besoins sociaux (éducation, santé, alimentation) et culturel dans un milieu précaire.

 L’amélioration de l’élevage des espèces à cycle court sera sous-tendue  par la vulgarisation et l’adoption de bonnes pratiques zootechniques : habitat (Poulailler amélioré), alimentation, amélioration génétique (introduction de coqs raceurs), sevrage de poussins, castration de mâles chez les moutons et chèvres…

La diffusion des bonnes pratiques se fera par les auxiliaires et relais renforcés dans ces domaines et appuyés par les techniciens d’élevage du projet.

Un travail de sécurisation opportunité pour une plus grande productivité  constitué un  volet important du projet à côté du renforcement des capacités des organisations des producteurs et leur mise en relation avec des partenaires.

Rappelons que la fondation GUNE de kolda travaille dans d’autres domaines comme la santé communautaire et l’alphabétisation.*

                             Sur le terrain

 Présentement Gune appuyé l’organisation de comités locaux de développement dans sa zone d’intervention pour une plus grande sensibilisation des différents acteurs de l’élevage sur la vaccination. Une campagne de vaccination sous la houlette des services techniques de l’état et des vétérinaires privés. Ainsi des rencontres ont eu lieu à Médina chérif, Dabo, Bagadadji, Dialambéré, Dioulacolon Tankanto Esacle et Saré Yoba. A Saré Yoba commune qui  accueille le plus grand marché hebdomadaire de bétail le sous préfet de l’arrondissement à beaucoup insisté sur la mobilisation des éleveurs surtout des femmes qui s’occupent des espèces à cycles et la volaille cible du projet de Gune. En rappelant que GUNE a fait une subvention pour baisser sensiblement le coût de la vaccination et du déparasitage de ces espèces à cycle court et de la volaille. Ibrahima Gano sous préfet de Dioulacolon entouré des élus locaux a promis une mobilisation permanente pour réussir cette campagne et accéléré le développement de cette filière porteuse. Le superviseur de la zone de GUNE est revenu sur le schéma d’intervention avec un dispositif consistant à la mise en place de comité villageois de vaccination qui va bénéficier d’un pourcentage sur chaque sujet traité. Cet argent permettra de pérenniser le suivi médical de ces espèces à cycles court porteuse de croissance. Gune a des relais qui accompagne sur le terrain les éleveurs. Ce dispositif qui est accompagné par une formation continue des bénéficiaires est aussi soutenu par une stratégie de communication impliquant toutes les radios du fouladou ainsi que koldanews. Com.

 Abdou Diao

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here