Ebola: George Weah joue sa partition contre le virus

Ne ratez pas!

Alors que l’on approche du cap des 1300 victimes du virus Ebola, l’ancienne star du football libérien, George Weah a appelé les footballeurs africains à se mobiliser contre l’épidémie. Il a notamment créé une association et enregistré une chanson sur le sujet.

L’ancienne star internationale de football, le Libérien George Weah, a appelé mardi ses amis et en particulier les footballeurs africains à s’engager dans  » la guerre contre l’épidémie d’Ebola. Le virus, qui s’étend en Afrique de l’Ouest, a fait jusqu’ici plus de 1200 morts.

Au Liberia, pays le plus touché par l’épidémie,  » il y a encore des gens aujourd’hui qui ne croient pas qu’Ebola existe, qui pensent toujours qu’Ebola n’est pas réel. Il faut les sensibiliser, aller dans les quartiers pour dire ‘il faut pas rigoler avec ça’, a déclaré sur RFI le Ballon d’or 1995, actuellement en visite en France dans le cadre de sa campagne de sensibilisation sur Ebola.

 » Il faut qu’on se lève, parce que ceux qui meurent sont des gens à côté de nous, a ajouté George Weah. L’ancien joueur du Milan AC vient d’enregistrer une chanson  » We must all arise to fight Ebola (Nous devons tous nous lever pour combattre Ebola) avec le musicien ghanéen Sydney.

 » Pendant la guerre au Liberia (1989-2003), beaucoup de gens m’ont aidé pour aider mon pays. Maintenant, c’est une autre guerre, contre l’épidémie, et ça ne touche pas seulement le Liberia, mais aussi la Sierra Leone, la Guinée, le Nigeria, a-t-il insisté. M. Weah, qui s’est reconverti dans la politique, devrait de nouveau être candidat à la présidentielle de 2017 après avoir été battu en 2005.

L’ancien attaquant-vedette, qui annoncé la création d’une association,  » Ebola Emergency France, pour recueillir des dons, a confié avoir contacté d’autres footballeurs. Parmi eux, l’attaquant camerounais Samuel Eto’o, qui lui  » a promis d’appeler ses amis pour voir ce qu’ils peuvent faire pour l’Afrique.

 » Il faut qu’on aide le gouvernement, il faut que ceux qui sont écoutés dans les communautés aident, a-t-il assuré.  » En Guinée, (l’épidémie) a commencé à baisser parce que l’information circule. Chez nous, ça ne passe pas vite parce qu’on a pris ça à la rigolade. Il ne faut pas baisser les bras, il faut continuer à passer le message, a-t-il insisté.

Avec Setal.net,

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous