Idrissa Seck hôte de Serigne Sidi Mokhtar Mbacké a parlé à la presse!

0

C’est un Idrissa Seck, visiblement bien reçu par le Khalife Général des Mourides, qui s’est adressé à la presse, ce vendredi à Touba. Et ce fut encore un cinglant réquisitoire à l’encontre du Président de la République et de son régime. Le patron du parti Rewmi venu présenter ses condoléances à Serigne Sidi Mokhtar Makhtar M’backé, suite au rappel à Dieu de Sokhna Gass Diakhaté, a profité de l’occasion pour signaler à la face du monde que le Sénégal est guetté par une famine qui a fini d’installer ses tentacules dans plusieurs localités du pays.
 » Je pense que le pouvoir a fait preuve d’une inacceptable négligence dans la gestion de cette situation. Parce que tous les services scientifiques nationaux comme ceux du CILSS et même du reste du monde, ont alerté depuis longtemps, le Président de la République, le premier Ministre , le ministre de l’agriculture, le ministre en charge des transports aériens, le ministre de l’élevage; tous ont été alertés à temps par nos agences nationales de météorologie et aussi par les services du CILSS sur les perturbations qu’il allait y avoir durant cet hivernage. Ce qui est dramatique c’est que le Président de la République et son gouvernement n’aient pris aucune disposition. Peut-être ne croyaient-ils pas à ces prévisions ou attendaient-ils celles des Saltigués ? Malheureusement nous assistons à cette famine aussi bien pour les humains que pour les animaux. On m’a signalé que des bergers ont commencé à démanteler leurs cases pour donner la paille à leurs troupeaux. Le gouvernement doit réagir! Forcément, il faudra faire face à l’urgence. Si vous ne vous occupez du ventre des paysans , ils vont manger les semences et il n’y aura pas de récolte.»

Accord avec Baldé, Khalifa et compagnie… un autre format en gestation
Si Idrissa Seck s’accorde tout naturellement avec Khalifa Sall sur le fait que le partenariat qui l’avait lié, avant les élections locales, au maire de Dakar, à Abdoulaye Baldé, à Cheikh Bamba Dièye et autres… n’était pas destiné à subsister au-delà de ces échéances électorales, il n’en demeure pas moins qu’une nouvelle initiative est sur le point d’être lancée. Il s’agit, selon l’hôte de Serigne Sidi Mokhtar Mbacké du CA 2017.
 » L’accord initial que nous avions, c’était d’aller ensemble pour gagner les élections. Maintenant j’ai lancé une nouvelle initiative qui est d’installer une plateforme de concertations dénommée conseil d’administration du Sénégal que j’appelle CA 2017. Elle poursuit trois objectifs dont celui de tirer les enseignements positifs de notre unité victorieuse lors des locales et voir comment s’en inspirer, le cas échéant, à l’occasion des échéances futures. Une délégation va parcourir le Sénégal, s’adresser aux 552 maires du Sénégal et aux 42 présidents de conseils départementaux. On ira voir Khalifa Sall, Khadim Guèye, Aïda M’bodj, Fada et tout le monde. Je souhaite que ces gens comprennent que l’Apr ne va nulle part.

Référendum, oui, mais de manière plus élargie…
Pour ce qui concerne la question du référendum annoncé par le Chef de l’Etat relativement à la durée de son mandat, Idrissa Seck trouve l’objectif trop juste. Pour lui, ce serait peine perdue que de demander aux Sénégalais à se prononcer uniquement sur la durée d’un mandat.  » Macky veur faire 5 ans et il va battre campagne pour ça, les Sénégalais veulent qu’il fasse 5 ans et nous allons battre campagne pour ça, alors…! » ironise le maire de Thiès.
 » Je tiens à dire que la réduction du mandat était une promesse. Tout le monde convient que c’est honorable de respecter la parole donnée et l’engagement librement souscrit. Mais s’il doit y avoir référendum, il doit porter sur l’ensemble des réformes constitutionnelles et institutionnelles proposées par la Commission Nationale de Réforme des Institutions. Ces propositions sont une demande sociale… je devrais même dire une commande sociale. Si Macky Sall, pour le temps qui lui reste, ne devait faire qu’une seule bonne chose, ça doit être celle-là. Il doit y aller de façon franche et transparente avec un calendrier publié d’avance.»
Idrissa Seck, à qui le Khalife avait demandé de revenir après la prière de 17 heures, a déjeuné avec sa délégation ( Yankhoba Diattara, Moustapha M’baye, Bathie Gadiaga et plusieurs maires issus de son parti), chez Serigne Moussa Naawél.

Avec Setal.net,

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here