L’Iam a inauguré sa salle des marchés boursiers

0

L’Institut africain de management (Iam) est sur tous les fronts de l’innovation. Après avoir lancé un master « Femmes, Sécurité et gestion des conflits » jeudi dernier, l’école a étrenné avant-hier sa toute nouvelle salle des marchés boursiers. Une première dans l’espace Uemoa.

Grâce au concours de la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm), l’Institut africain de management (Iam) s’est doté lundi dernier d’une salle des marchés boursiers. L’école conforte ainsi sa position de leader dans le domaine du management en Afrique francophone d’autant que cette initiative est une première dans l’espace Uemoa. Ainsi, selon son Président directeur général, Moustapha Mamba Guirassy, cette salle des marchés comprend 20 postes permanents connectés aux flux boursiers de la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm). Elle pourra reprendre au mieux, ajoute-il, les conditions d’une vraie salle des marchés à travers l’usage des mêmes outils que les banques et sociétés de bourse. Il est temps, argue M. Guirassy, de repenser nos modèles économiques. Pour l’ancien ministre de la Communication, la Brvm est en train d’amener le petit Africain à démystifier le monde de la bourse et surtout à démocratiser la culture boursière dans nos pays.

De son côté, Edoh Kassi Amenounve, directeur général de la Brvm a indiqué que depuis 2012, l’Institution est entrée dans une phase de développement qui consiste à doter l’Uemoa d’outils d’amélioration de la diffusion de la culture boursière. A l’en croire, cette salle des marchés permettra aux étudiants de suivre en direct la cotation qui se déroule sur le site central basé à Abidjan. Quant au président du conseil d’administration de la Brvm, Gabriel Fal, il a soutenu que la Bourse régionale affiche un dynamisme certain. Il a ajouté dans la foulée qu’avec 37 sociétés cotées, la capitalisation boursière du marché des actions a enregistré une progression significative depuis la fin de l’année 2014 établissant ainsi un nouveau record historique à 6024,41 milliards FCfa. Mieux, poursuit M. Fal, la capitalisation du marché obligataire a atteint 1073 milliards FCfa au 31 décembre 2013. Pour finir, le représentant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Babacar Guèye, a informé que l’Iam fait partie des établissements d’enseignement supérieur qui contribuent à l’accroissement des offres de formation et qui développent le label « étudier au Sénégal ».

Ibrahima Diakhaby (iGFM)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here