lundi, mai 20, 2024

VELINGARA : La campagne de commercialisation du coton a démarré depuis le 29 novembre.

Ne ratez pas!

Et selon les tendances effectuées par le chef secteur Abdou Tamba, l’espoir est permis. Pour sécuriser leur fibre contre des feux de brousse ou des animaux en divagation, les cotonculteurs n’ont pas perdu de temps pour récolter. Après les gpc de saré bourang, linguéwal, kabendou, téyel saré yéro bouka, pour ne citer que ces localités, M.Tamba se dit satisfait de la qualité de la fibre. Et dans les marchés, c’est une ambiance bon enfant qui y règne. A la suite d’un travail de longue haleine, les paysans commencent à percevoir leur du. Seulement fait remarquer l’agent de la société des fibres textiles, le cotonculteur doit au préalable se munir d’un reçu délivré par le pont bascule, ensuite rencontrer le chef secteur pour fixer sur les modalités de paiement enfin un payeur se chargera de se rendre dans les villages respectifs pour les redonner ce qui leur revient de droit. Car faut il le rappeler la sodefitex permet aux producteurs de vivre dignement de leur travail. L’obtention de l’argent logé dans les banques n’est pas chose aisée soutient il, c’est la raison pour laquelle beaucoup de producteurs, après avoir commercialisé leur coton patientent pour une longue avant de percevoir leur salaire annuel. Reste à savoir est ce que la zone cotonnière de Vélingara obtiendra un bon pourcentage par rapport aux dernières campagnes. M.Tamba est optimiste car étant dans une zone pluvieuse, les matériels agricoles, disponibles et la professionnalisation des paysans se confirment d’année en année. En attendant de donner le tonnage final, avec son équipe, ses bascules, et des lots de toiles ils sillonnent les marchés cotonniers du département pour la commercialisation du coton.
Elhadji Lonka Sabaly

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Articles récents

Les crimes doivent être poursuivis « quels que soient leurs auteurs », dit Hadja Labhib

"Les crimes commis le 7 octobre par le Hamas en Israël comme ceux commis à Gaza et en Cisjordanie...

Notre sélection pour vous