Le Réseau Siggil Jigeen exhorte le gouvernement sénégalais à financer davantage la Santé de la reproduction

Ne ratez pas!

Face au goulot d’étranglement que constitue le financement, le Réseau Siggil Jigeen exhorte le gouvernement sénégalais à financer davantage la Santé de la reproduction, avec le renforcement de la ligne budgétaire des produits contraceptifs pour assurer la continuité des services. Mme Fall a indiqué que la mobilisation des financements pour des programmes bien orientés vers la santé de la reproduction et surtout celle des jeunes permettent de réduire les risques de grossesses non désirées et les avortements clandestins. A son avis, les services de Santé de la reproduction doivent augmenter d’au moins 50 milliards de FCFA, chaque année, pour espérer atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) 4 d’ici à 2015 et que la part de l’exécution du budget global doit atteindre les 15% avant 2015. «Un dollar Us investi dans la santé de la reproduction représente une économie de 4 dollars», a-t-elle révélé, non sans souligner l’importance de financer la planification familiale. Abondant dans le même sens, le directeur de la santé de la reproduction et de la survie de l’enfant a fait part d’un financement de 700 millions francs CFA pour améliorer le circuit de distribution des produits contraceptifs. «Les stocks ont toujours été disponibles, mais il se posait un problème de distribution dans les services», a expliqué M. Bocar Daff. Non sans insister sur le plan d’actions national de relance de la planification familiale initié par l’Etat dont le coût est estimé à environ 32 millions de dollars. «On s’est rendu compte que l’essentiel des ressources sont disponibles, mais il va falloir s’ajuster pour obtenir de meilleurs résultats. L’investissement, ce n’est pas seulement le financement, mais nous comptons investir sur la communication et le plaidoyer», a-t-il développé. Il faut aussi, selon le RSJ, profiter de l’Acte III de la décentralisation pour mettre à profit les collectivités locales dans le financement de la Pf et régler définitivement le problème de la nomenclature budgétaire liée aux fonds affectés à la santé de la reproduction. «Mais surtout, il s’avère urgent, soutient Mme Fall de démultiplier les centres ados/jeunes qui ne satisfont pas la demande.»

Source: rewmi.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Vélingara : Les jeunes du RCD plaident  pour la  promotion des cadres du département à des postes de responsabilité

Les jeunes du RCD (Rassemblement pour la Citoyenneté et le Développement) ont organisé une conférence de presse hier  mardi...

Notre sélection pour vous