« Qui veut tuer son chien l’accuse de rage » : Révélations sur la mauvaise foi de la SAPCO

 » La Sapco et sa faillite en vue est au centre des débats et tous les moyens semblent bons pour justifier sa maladie. Il est revenu que les difficultés de cette société relèvent des dettes impayés par des sociétés hôtelières tel que le Golf de Saly. Mais loin de là. Selon les dernières informations, la Sapco est victime de sa mauvaise foi. En effet, il faut savoir, d’emblée que la Sapco ne VENDAIT pas de terrains. Elle gérait des baux emphytéotiques accordés à des investisseurs pour la jouissance d’un terrain cédé à durée déterminée. Les locataires paient donc mensuellement un LOYER.

Pour vous édifier sur la mauvaise foi de la Sapco, nous souffle une source proche du dossier, savez-vous que cette dernière a été définitivement condamnée dans l’affaire du Savana, à payer la coquette somme d’environ 750 millions. A cette époque, le tribunal a saisi les loyers et intimé par huissier tous les grands acteurs touristiques de Saly à ne plus payer leur loyer à la Sapco, en attendant de leur communiquer le compte sur lequel verser ces loyers. Ne sachant où payer durant de très nombreux mois, le Golf de Saly qu’elle incrimine, comme d’autres, a versé ses loyers sur un de ses comptes bancaires spécialement dédié à cet effet.

Ce que Paul Faye n’a certainement pas dit, c’est que la Sapco s’est encore permise de harceler les acteurs touristiques afin de tenter, malgré tout, récupérer ces loyers saisis. Ces pressions étaient à ce point menaçantes que certains ont finalement payé à la Sapco. Mal leur en a pris quand les loyers qui avaient été bloqués par l’avis de huissier ont été encaissés sur ordre du tribunal. Ils durent payer deux fois !

On nous fait en outre savoir que la Sapco a aussi perdu un procès contre le Golf de Saly pour avoir établi un bail frauduleux concernant des terrains dont jouissait le Golf. La Sapco avait le plus normalement du monde, par un moyen plus que douteux et sans avoir jamais rien dit au Golf, réattribué des terrains du golf à un promoteur immobilier. Comme dans tous ces cas-là, l’affaire est pendante depuis des années devant la cours d’appel. Et visiblement, comme toujours, les avocats de la partie adverse font traîner les choses au maximum de leurs possibilités de procédure. Cette affaire a finalement été fixée au 8 novembre. Comme cet article vient à point nommé pour faire passer le Golf de Saly pour un voyoux.

Le Golf de Saly est traité de  » mauvais payeur et de  » pire de tous. Fin 2012, l’Etat a repris son bail à la Sapco. Mais ce que beaucoup ne savent pas, depuis cette époque l’Etat n’a toujours pas communiqué aux acteurs touristiques comment et où payer les loyers. Pas de facture mensuelle non plus. Une nouvelle fois, personne ne sait où ni comment payer les loyers.  » Comme d’habitude, nous avons constitué un compte d’attente pour ces sommes, jusqu’au jour où  » quelqu’un nous traitera à nouveau d’être un mauvais payeur, indique un responsable du Golf de Saly.

Pour ce dernier,  » toutes ces attaques ne sont que de l’intox. Comme déjà dit, en 1993 personne ne voulait des terrains désertiques et isolés situés en retrait de Saly Nord. Lorsque l’investisseur est arrivé, la Sapco l’a accueilli comme du pain béni car il fallait de l’audace pour oser investir aussi loin de tout. C’était une aubaine : la Sapco se débarrassait de 600.000 mètres carrés d’un coup, et aucune viabilisation à mettre en place. Ces  » fous allaient tout faire ! Et ils l’ont fait… Avec pour conséquence que Saly Nord se développa rapidement; beaucoup de lotissement voulurent ajouter à leur nom  » …du Golf Cela faisait bien, apportait un prestige supplémentaire et augmentait le prix de vente. Petit à petit le Golf se retrouva au milieu de la station, et puis un beau jour certains se sont mis à rêver : il n’y avait plus de terrains à Saly et nous avons ici une oasis de verdure de 60 hectares merveilleusement située. Des gens de pouvoir se sont mis à imaginer de diaboliques plans pour récupérer cette manne, regrette notre interlocuteur.

D’ailleurs, depuis 2006, il ne se passe plus une seule année, confie ce responsable de Golf de Saly,  » sans que nous ayons à subir une quelconque attaque. Et j’en oublie volontairement les autres coups pendables que nous a joué la Sapco durant toutes ces années : à quoi bon, puisqu’ il n’y a de toute façon ici aucune oreille pour écouter les complaintes des investisseurs.

En attendant, il faut rappeler que le Golf de Saly est le seul parcours 18 trous opérationnel au Sénégal. Tandis que ce pays se retrouve 178e au Doing Business 2014… Peut-être les investisseurs ne s’y trouvent-ils pas bien ? Affaire à suivre

derniereminute.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here