Escroquerie foncière:Le tribunal maintient Macodou Dieng en prison

Macodou Dieng, directeur d’une agence de promotion immobilière, a comparu, hier, au tribunal des flagrants délits de Dakar, pour des faits d’escroquerie foncière. On lui reproche d’avoir encaissé 26.500.000 d’El Hadji Malick Diop, à qui il devait vendre des parcelles.

L’affaire d’escroquerie foncière, jugée, hier, au tribunal des flagrants délits de Dakar, opposait le prévenu Macodou Dieng, directeur d’une agence de promotion immobilière, au plaignant El Hadji Malick Diop qui avait payait 26.500.000 frs pour l’acquisition de parcelles. Avouant avoir encaissé l’argent, le prévenu dira que les faits ont eu lieu, alors qu’il était en voyage. «Nous lui avons vendu le terrain. Mais, au moment des transactions, j’étais en voyage. Si le sieur Diop m’avait prévenu, je lui aurai dit d’attendre. Il est vrai que nous avons acheté ce terrain, mais il y avait des documents administratifs que nous devrions fournir, entre autres, transcrire le titre foncier de cette parcelle, en mon nom et en présence du notaire. Mais, c’est après avoir finalisé, que mes agents m’ont informé qu’il manquait un complément de documents», a soutenu le prévenu. Des déclarations qui semblent agréer la partie civile. «Macodou Dieng m’avait dit qu’il gère une société immobilière. Ainsi, lui ai-je proposé de me trouver des parcelles. Mais, en son absence, je me suis rapproché de deux de ses agents, en l’occurrence, Saër et Mansour, pour tout finaliser. Ce jour-là, ces messieurs m’avaient même proposé d’aller voir le terrain, mais je leur ai dit d’attendre le lendemain. Finalement, n’ayant pas reçu mes parcelles, je leur ai demandé de me rembourser, sans quoi, j’allais porter plainte. Pour calmer mes ardeurs, ils m’avaient remis des décisions judiciaires», précisera M. Diop.

Le prévenu propose deux voitures et une maison R+2

Voulant recouvrer sa liberté, le prévenu, sans argent pour rembourser, a proposé à la partie civile deux voitures dont une touareg et une Kia et une maison R+2 immatriculée sous le nom de sa femme. Transaction acceptée par la partie civile qui dit vouloir d’abord s’assurer que ces biens appartiennent bien à Macodou Dieng. Malgré cette entente, le procureur général n’a pas été clément avec le mis en cause. «Ce terrain ne pouvait aucunement être vendu, sans décision judiciaire. Bien vrai que vous vous êtes rapprochés d’un cabinet de notaire pour le régulariser. Ainsi, vous reconnais-je coupable des faits qui vous ont été reprochés et je demande une peine d’emprisonnement de 6 mois», a-t-il requis, contrairement aux avocats de la défense, selon qui, on ne saurait reprocher à keur client les faits d’escroquerie. «Il n’y a ni manœuvres frauduleuses, ni faux nom, encore moins fausse qualité dans cette affaire. C’est pourquoi nous demandons la relaxe pure et simple de notre client. Au cas contraire, nous vous demandons la liberté provisoire», ont-ils plaidé. Requête rejetée par le tribunal qui va délibérer mercredi prochain.

Cheikh Moussa SARR / rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here