mardi, janvier 18, 2022

Ziguinchor : plus de 500 enfants sans extrait de naissance à Kandialang-Est (responsable)

Ne ratez pas!

Une enquête réalisée au mois de septembre dernier à Kandialang-Est, un quartier de Ziguinchor (Sud), a montré que plus de 500 enfants ne disposent pas d’extrait de naissance, a révélé samedi Idrissa Dieng, le secrétaire général du Collectif des acteurs pour la protection de l’enfant (CAPE).

 »Il y a quelques semaines, nous avons fait une descente dans le quartier. Nous avons fait des enquêtes et des recensements à l’issue desquelles nous avons constaté que beaucoup d’enfants ne disposent pas d’extrait de naissance. Nous avons vu que plus de 500 cas d’enfants n’ont pas d’extrait de naissance », a-t-il révélé.

Il s’exprimait en marge d’un forum de sensibilisation sur l’état-civil (déclaration de naissance, certificat de mariage, certificat de décès), organisé par le Conseil de quartier de Kandialang-Est, en partenariat avec Enda-Action-jeunesse.

Idrissa Dieng a précisé que ces enquêtes ont été organisées au mois de septembre dernier. Sur ces 500 enfants, plus 300 vont bientôt bénéficier de jugements supplétifs avec le soutien de la municipalité de Ziguinchor, a-t-il ajouté.

Il a révélé que des audiences foraines seront organisées le 26 octobre prochain à l’ancienne mairie de Ziguinchor, pour résorber le gap du fort taux d’enfants qui ne possèdent pas d’extrait de naissance.

Le quartier de Kandialang-Est abrite une forte communauté venant des pays voisins, tels que la Guinée-Bissau et la Guinée-Conakry, a expliqué M. Dieng, par ailleurs secrétaire général adjoint du conseil de quartier.

Selon lui, la plupart des populations qui résident dans le quartier soit ont perdu leurs extraits de naissance, soit ne mesurent pas l’importance de l’état-civil, a-t-il expliqué.

Le secrétaire général du Collectif des acteurs pour la protection de l’enfant (CAPE) indique que le quartier de Kandialang-Est abrite un grand nombre d’écoles coraniques, communément appelés  »Daara ».

 »La plus part des pensionnaires des daaras n’ont pas d’extrait de naissance. Les parents ne font que confier l’enfant au maître coranique, sans leur donner d’extraits de naissance. C’est pourquoi ces enfants ne peuvent pas bénéficier de beaucoup de services sociaux » a-t-il déploré.

Pour éradiquer ce phénomène, le secrétaire général du CAPE a confié qu’un centre d’écoute a été installé dans le quartier de Kandialang-Est.

En dehors du problème de délivrance des pièces d’état-civil, le centre d’écoute a permis de mener une médiation dans le but de résoudre des problèmes internes familiaux et le taux de scolarisation des enfants dans le quartier de Kandialang-Est, a renseigné Idrissa Dieng.

ASB/ASG /APS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous