«On peut vivre sans or, non sans eau»

Deux semaines déjà que certains quartiers dakarois n’ont pas vu une seule goutte d’eau couler de leurs robinets. Pour dire qu’on peut vivre sans or, non sans eau. Une situation difficile qui vient s’ajouter à la cherté de la vie, aux inondations, entre autres impairs.

Métal précieux, l’or, couleur jaune-orange, est l’un des métaux les plus convoités par les hommes. Les systèmes monétaires l’utilisent comme valeur-étalon depuis la lointaine antiquité, sans compter son utilité dans la réalisation de bijoux et parures. Mais, il n’est pas pour autant la plus précieuse découverte humaines. Car, l’eau, liquide précieux, occupe une place de choix dans la vie de l’homme. Aussi, peut-on vivre sans or, mais non sans eau. Cela, nos autorités doivent au moins le comprendre. Pourtant, certains quartiers dakarois et ses environs sont restés exactement deux semaines sans qu’une seule goutte d’eau ne coule de leurs robinets. Ou est donc passée l’eau ? Question à mille balles. Il est allégué des pannes techniques relevées à l’usine de la Sénégalaise des Eaux (Sde) sise à Keur Momar Sarr.

Calvaire généralisé

Ceci a plongé les Dakarois dans une colère manifestée par certains exigeant le retour à la normale. Toujours est-il que venir à bout de la cherté de la vie, des inondations, des délestages, est, entres autres, des priorités de l’Etat. Outre la faim, les sénégalais souffrent de soif. Et, dans nombre de quartiers de la capitale, du matin au soir, c’est un défilé ininterrompu de personnes, à la main, des bouteilles vides, en quête du liquide vital. En effet, au réveil, prendre une douche, en cette canicule inopportune ou faire ses ablutions pour la prière, deviennent des luxes urbains. Un retour à une antiquité chimérique car, de mémoire d’hommes, pareille situation n’a jamais existé. Les autorités sont averties, la coupe semble pleine.

Cheikh Moussa SARR

 

Source: http://www.rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here