Litiges fonciers entre villages sénégalais et gambiens, une véritable bombe à retardement ?

0

L’obtention de terres de culture ou de pâturage est une préoccupation majeure des populations rurales vivant le long de la frontière entre la communauté rurale de Kandia, dans le département de Vélingara, et les villages gambiens. Ainsi chaque année, des compatriotes du Président  Jammeh viennent au Sénégal pour chercher des terres. Même si ce sont les mêmes peuples vivants de part et d’autres de la frontière, des litiges fonciers sont souvent signalés. Ils (ces litiges fonciers) ne sont pas encore à l’origine de conflits ou de batailles rangées; tout peut dégénérer un jour si des mesures idoines ne sont pas prises par les deux Etats.

Liées par l’histoire et la culture, les populations vivant le long de la frontière au nord entre la communauté rurale de Kandia et les patelins gambiens partagent les mêmes coutumes et us. Elles (les populations) vivent en parfaite harmonie depuis la nuit des temps. Mais, cette entente fraternelle pourrait être mise à rude épreuve à cause des terres de cultures et de pâturage.  Abdoulaye Sabaly, le président du collectif des chefs de village de Kandia évoque les relations lointaines entre les communautés sénégalaises et gambiennes :  Nos ancêtres avaient l’habitude de donner des terres de cultures aux voisins Gambiens, c’est une tradition chez nous, et à l’époque les terres étaient disponibles. Mais maintenant, avec l’accroissement des populations et des troupeaux, nous ne pouvons plus respecter ces traditions, nos champs sont détruits par les troupeaux gambiens, et mieux nos vaches sont contaminées. Et souvent ce sont des litiges fonciers que nous amenons auprès du conseil rural. Pour ce sexagénaire, il faut que les deux Etats interviennent pour résoudre définitivement les problèmes fonciers au niveau des frontières. Même cri de cœur pour Tamsir Baldé ancien président de la commission domaniale du conseil rural de Kandia qui pense que le problème est plus profond que cela.  » Ce sont les villages Sarakholé du Sénégal qui octroient des terres à leurs parents gambiens des villages de Saby, Gambissara, Dembacounda. Et ces parcelles  octroyées sont situées au sud à coté du  village de Saré tening, Doubirou… Ainsi, ils viennent au conseil rural  pour demander des terres à leurs tours. Vous voyez ce que cela fait.

A en croire Mr Baldé, un litige foncier avait opposé le village de Saré coly tening  au village de  Doubirou :  » En effet après avoir cédé leurs terres à leurs parents gambiens de Dembacounda, les populations de Doubirou ont voulu défriché dans les champs du village de Saré coly Tening, il a fallu l’intervention du conseil rural pour remettre les pendules à l heure. Ce qui veut dire que le feu couve ici, il faut que l’Etat clarifie les choses pour éviter tout dérapage, a-t-il expliqué avant de poursuivre :  » Un  autre problème avait opposé les populations de Doubirou (Sénégal) et de Dembacounda (Gambie), il s’agissait d’un parcours de bétail, les gambiens voulaient un parcours du bétail en territoire sénégalais, ce que les populations de Doubirou ont catégoriquement refusé. Ce sont ces petits conflits qui peuvent mettre le feu partout. C’est pourquoi, nous demandons aux deux gouvernements de tout faire pour que chaque pays cultive dans son propre territoire

Pour Bineta Sabaly, la vice présidente de la délégation spéciale de Kandia, ils ont toujours rappelé les gambiens à l’ordre.  » Vous ne pouvez pas venir cultiver nos terres et exiger plus que ceux qui sont sur place, dira-t-elle. A l’en croire, chaque année, ils font une délégation pour se rendre à la frontière pour sensibiliser les gambiens. Il faut souligner que lors d’une campagne de sensibilisation sur la coupe abusive de bois de venne, les populations des villages frontaliers avaient menacé de ne plus donner terre aux gambiens impliqués dans la coupe abusive du bois précieux.

Babacar Diouf  / Koldanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here