À l’origine du refus de l’Assemblée nationale de se faire auditer, un homme : Daouda Dia

Ne ratez pas!

Si l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) n’a pu accéder à l’Assemblée nationale aux fins de l’auditer, c’est parce qu’un homme s’y est opposé. Il s’agit du Premier questeur de l’institution parlementaire Daouda Dia.
Dans l’espoir d’accéder à l’hémicycle pour éplucher la gestion 2011 de l’institution, le groupement Gsm-Sspm a envoyé des correspondances datées du 16 janvier 2013 et du 9 avril 2013 qui, cependant resteront sans suite.

N’ayant pas dit leur dernier mot, les auditeurs se déplacent jusqu’à la place Sowéto, mais le Premier questeur de l’Assemblée nationale qui les a reçus leur donnera rendez-vous le 06 mai 2013. Le jour-j, Daouda Dia qui était accompagné du directeur de la Comptabilité de l’Assemblée nationale fera savoir à ses hôtes que le parlement ne peut être audité par l’Autorité de régulation des marchés publics. Car selon le frère du milliardaire Harouna Dia, cette institution a pour mission de contrôler l’action du gouvernement et en raison de la dépendance de l’Armp de ce même gouvernement, elle se trouve dans l’impossibilité d’auditer l’Assemblée nationale. C’est ainsi que les auditeurs sont rentrés bredouille.

Mais selon Libération, Daouda Dia n’a pas raison sur toute la ligne car si on réfère aux directives 04 et 05 de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), l’Assemblée nationale peut bel et bien se soumettre au code des marchés publics d’où sa qualité d’autorité contractante.

Source: http://www.setal.net/A-l-origine-du-refus-de-l-Assemblee-nationale-de-se-faire-auditer-un-homme-Daouda-Dia_a18297.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

REMISE GILETS 4

Notre sélection pour vous