Henry Ndéky de « Dynamique de paix en Casamance » plaide pour une reprise du déminage

Henry Ndéky le coordonnateur de « Dynamique de paix en Casamance » plaide pour une reprise du déminage en Casamance
« Nous demandons la clémence des deux parties à savoir le gouvernement du Sénégal et le Mfdc pour que le déminage puisse continuer dans cette partie du pays». Ces propos sont de Henry Ndeky le coordonateur de la dynamique de paix en Casamance. Il l’a dit en marge d’un atelier de formation des animateurs et animatrices de Vélingara sur la prévention et la gestion non violente des conflits et sur l’approche genre. Selon lui, le déminage est plus que jamais nécessaire pour permettre aux populations de revenir travailler la terre.

Le retour définitif de la paix en Casamance demeure une préoccupation majeure pour « dynamique de paix en Casamance » .Cette organisation a mis sur pied des comités locaux dans plusieurs localités des régions de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou. Ces comités contribuent à la recherche de la paix en Casamance. Aussi pour rendre efficace ces comités locaux, des séries de formation sont organisées à leur intention. C’est dans ce cadre d’ailleurs s’inscrit l’atelier de Vélingara tenue samedi dernier dans un hôtel de la place .Un atelier au cours duquel ,24 animatrices et animateurs issus des associations de jeunes du département de Vélingara ont été outillés sur la prévention et la gestion non violente des conflits et l’approche genre .Ainsi en marge de cette session de formation, le coordonnateur de la dynamique de paix en Casamance Henry Ndéky est revenu sur la question du déminage en Casamance .

Selon lui, le gouvernement et le Mfdc doivent tout faire pour faciliter la reprise du déminage en Casamance « Nous demandons la clémence des deux parties à savoir le gouvernement du Sénégal et le Mfdc pour que le déminage puisse continuer dans cette partie du pays». A –t-il souligné.

Pour ce combattant de la paix , « les populations vivant dans les zones rurales ont besoin de cultiver dans leurs champs pour subvenir à leurs besoins, et si ils (ces champs ) ne sont pas déminés, ces pauvres paysans ne pourront pas cultiver et de surcroît ils ne pourront pas aussi payer la scolarité de leurs enfants.

Henry Ndéky a également interpellé les parties en conflit afin qu’elles s’assoivent autour d’ une table pour négocier. Et que cette négociation aboutisse à un retour définitif de la paix en Casamance.

Babacar Diouf / koldanews

1 COMMENTAIRE

  1. Les populations doivent recuperer leur terre et travailler pour faire vivre leur famille, pour enlever les mines il faut aussi la cooperation des populations je pense que ce conflit est allé trop loin car mettre une mine pour attendre que son petit frere passe par las bas c'est plus que triste mais une fois le probleme est posé il faut chercher la solution aucune partie du monde ne peut se develloper sans la paix c'est la base du progrés donc une fois qu'un pays a de la paix et de la securité le reste va seul car c'est quand il y a paix et securité que le versant economique vient personne n'investit de l'argent dans une zone sans paix ni securité donc c'est une bonne idée faire ces ateliers afin de mettre les jeunes au travail car le pays est pour les jeunes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here