Guinée-Conakry: au moins deux morts et dix blessés lors d’une marche d’opposants

0

CONAKRY – Au moins deux personnes ont été tuées et une dizaine d’autres ont été blessées jeudi à Conakry dans des heurts lors d’une marche d’opposants manifestant contre un décret fixant au 30 juin la date des législatives en Guinée, a appris l’AFP de sources concordantes.

Un est mort par balle, l’autre par accident, a déclaré à l’AFP Damatang Albert Camara, porte-parole du gouvernement a propos de ces deux morts.

Le chef de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, a déclaré à une radio locale qu’un de ses partisans avait été tué par balle.

Un médecin d’un hôpital de Conakry a parlé sous couvert d’anonymat de trois morts, deux tués par balles et un égorgé, ainsi que de dix blessés, dont un par balle.

Dans deux communiqués sur le déroulement de la manifestation, le gouvernement guinéen avait auparavant fait état d’incidents, évoquant des agressions physiques et verbales, destructions de biens publics et privés, sans toutefois fournir de bilan précis.

Plusieurs journalistes, dont celui de l’AFP, ont dénombré 13 blessés, incluant un membre de la sécurité rapprochée de Cellou Dalein Diallo.

D’après les journalistes et des témoins, la marche a été émaillée d’incidents d’une part entre manifestants et forces de l’ordre, mais également entre des manifestants et des militants du parti au pouvoir, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG).

Ces derniers tentaient de barrer le chemin aux opposants près de l’aéroport, sur un itinéraire interdit aux marcheurs par les autorités.

L’opposition avait demandé à marcher sur l’autoroute Fidel Castro, de l’aéroport au centre-ville, ce qu’ont interdit les autorités. Des policiers et gendarmes ont fait usage de matraques et de gaz lacrymogène pour, ont-ils indiqué, faire respecter la consigne officielle d’interdiction.

Le gouvernement a dénoncé une violation de l’itinéraire autorisé pour la marche des opposants et déploré la présence de manifestants munis d’armes blanches, de gourdins et autres projectiles.

Des milliers de personnes avaient répondu à l’appel de l’opposition qui a organisé ces derniers mois des manifestations pour réclamer des élections législatives libres et transparentes, ayant le plus souvent dégénéré en violences qui ont fait une quinzaine de morts.

Mercredi, des milliers de personnes ont assisté à Conakry dans le calme aux obsèques de six jeunes opposants tués lors de manifestations en mars et avril.

Les législatives, maintenant fixées au 30 juin, sont attendues depuis 2011 en Guinée. Faute de consensus avec l’opposition sur l’organisation d’un scrutin libre et transparent, elles ont été maintes fois repoussées. L’opposition réclame notamment le remplacement de l’opérateur sud-africain chargé de la gestion du fichier électoral.

(©AFP / 23 mai 2013 19h51)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here