Le Fouladou en deuil, par Djidéré BALDE

Le « pays de moussa molo » vient de perdre d’illustres acteurs du développement, et successivement.

– D’abord  Pathé « Waaré » Baldé  qui, tirant une  sorte de bilan d’un long séjour en Europe :  à Bordeaux, l’homme à « la barbe » se décide à revenir au Fouladou natal.

Pathé Waaré ,  le « faransinaajo », s’investit dans l’agriculture, notamment dans le secteur de l’élevage moderne  des bovins ( insémination artificielle, croisement de races…) afin d’améliorer la filière viande et lait et montrer  la voie obligée aux nombreux éleveurs du fouladou.

Dans ce sens son expérience est à répliquer, Pathé Waaré a été un des premiers immigrés à revenir  au Sénégal pour partager son savoir, son savoir- faire et son savoir-être…

Au plan culturel, Pathé Waaré est un fervent militant actif des langues nationales, surtout de sa langue maternelle le pulaar. A bordeaux, il a participé à l’élaboration et à  la production de textes pulaar ;  bref, à la diffusion de la culture peule.

Il est évident que Tabital Pulaagu international, la  diaspora du Fouladou à Bordeaux, Paris, des USA, de  Belgique,et Sénégal, l’ensemble des associations culturelles peules de la sous-région, le Fouladou tout entier  PLEURE CE SOLDAT DU DEVELOPPEMENT.

Que  ses enfants, son épouse Asmaou  KANNDE, une battante, courageuse,  sa famille trouvent ici les condoléances attristées  du « pays de moussa molo ».

QUE LA TERRE DE SON CHER SINTHIANG LUI SOIT LEGERE ! AMIINI!


Puis, c’est oustass Ibrahima Diamanka, un sémillant maître du Coran que la faucheuse a arraché à notre affection  du grand daara de Saré Alal, son village natal et des nombreuses associations islamiques  du fouladou.

 Le fouladou, qui n’avait pas fini de sécher ses larmes,  perdait encore un chef religieux disponible, affable, toujours souriant, profitant  de toute rencontre pour remonter  le moral des hommes et femmes qu’il  croise afin de supporter les vicissitudes de ce monde.

Ibrahima  Saré Alal  est parti, laissant derrière lui, d’innombrables  talibés, orphelins et orphelines.

QUE DIEU T’ACCUEILLE DANS SON PARADIS ! AMIINI !

 


Enfin un jeune et frais  « allhadji », car venant d’accomplir  ce 5e pilier de l’Islam au mois Novembre 2012 : le pèlerinage à la Mecque, nous avons nommé Hélaa  BALDE ou Hélaa Tchidééli, son village natal, niché dans la province du « Niampayo », arrondissement de Mampatim/Kolda.

Hélaa ! alaadji Hélaa disparait ce vendredi nuit du 5 Avril 2013 sans crier gare et abandonne  ses condisciples  de la première génération des élèves et étudiants de l’ancien arrondissement de Dabo.

Hélaa a été cofondateur de la « JSAD » () des années 70.

La JSAD est la première association reconnue par le ministère de l’Intérieur  en 1969, association de jeunes lycéens et des premiers étudiants.

Cette association, avec toi, a rêvé de promotion de l’école, de la santé et de la culture  du terroir du « Patim-Niampayo ».

Hélaa a été le Président de cette JSAD qui a initié et réalisé des actions de lutte contre le paludisme, la diarrhée,  à l’époque (1970/76) par  la distribution de comprimés de nivaquinine et de charbon, la dotation en pierres noires ( anti- venin) dans les gros villages, ce qui a fini par la création de cases de santé, les premières dans l’arrondissement de Dabo…

Un pan du mur est tombé, mais tes fondations de béton vont permettre aux générations futures de reprendre l’édification de ton terroir que tu as tant chéri, tant aimé ; et nous le souhaitons avec tes propres enfants et petits enfants…

Mieux, avec la JSAD, Président Hélaa a supervisé l’ouverture de classes d’alphabétisation (français/ pulaar) dans les villages du terroir ; nous avons profité de ces moments de partage pour sensibiliser nos parents à protéger l’environnement, d’envoyer nos sœurs à l’école… C’est en cela que nous avions créée une troupe théâtrale pour  un plein épanouissement culturel du Fouladou…

La JSAD  présente à tes collègues de la SAR, à ton épouse et à tes enfants leurs douloureuses condoléances.

FASSE DIEU  QUE  Alaadji HELAA SOIT ELU DU PARADIS ! AMINII !

dabo_1971


ÉCRIT PAR Djidéré BALDE
MEMBRE FONDATEUR DE JSAD

5 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here