mardi, mai 24, 2022

Locales 2022 : Quelles leçons tirer des premières tendances ?

Ne ratez pas!
Les élections locales et départementales du 23 Janvier dernier ont encore montré que le Sénégal est un pays démocratique où le choix du peuple s’exprime en toute objectivité et transparence dans les urnes. Cela malgré quelques scènes de violence notées lors de la campagne. Mais des analystes politiques comme le journaliste Thierno Diop, estiment qu’il y a beaucoup de leçons à tirer sur les premières tendances tant du côté du pouvoir que de l’opposition.

« Les résultats constituent un signal fort pour BBY »

Pour le journaliste, analyste politique, Thierno Diop, les premières tendances obtenues dans les différentes localités du pays, constituent un signal fort en direction de la mouvance présidentielle. Car le fait de perdre certaines capitales régionales, prédispose à une fin de règne pour certains citoyens.  

« Personne ne peut douter que les résultats des élections locales constituent un signal fort pour la mouvance présidentielle. Car il y a une perception de la défaite à l’endroit de la mouvance BBY. Ce qu’il faut comprendre par-là, c’est que Abdoulaye Wade était sorti majoritaire aux locales de 2009. Mais le fait d’avoir perdu les grandes villes avait prédisposé la grande partie de l’opinion à une défaite du régime de Wade en 2012. Il faut avouer qu’il y a un facteur lié à ces résultats-là par rapport à la perte de villes symbole », a précisé Thierno Diop.

« Rien n’a changé sous le soleil par rapport à 2014 »

Même s’il reconnaît qu’il a un signal fort envoyé au président Macky Sall et ses alliés par le peuple sénégalais, le journaliste et analyste politique reste convaincu que les premières tendances des résultats des locales de 2022 n’ont pas de grands changements par rapport aux résultats des locales de 2014. « Ce qui apparaît nettement, c’est qu’il n’y a pas de grands changements sous le soleil, malgré le tintamarre entretenu. C’est bien la configuration de la présidentielle de 2019 qui revient. La mouvance présidentielle a conservé ses bastions pour la plupart du temps avec des victoires nettes au Nord du pays et dans certains endroits du centre du pays, comme à Fatick, dans l’Est à Tambacounda. 
Si vous regardez bien les locales de 2014 ont été remportées par l’opposition incarnée par Abdoulaye Baldé à Ziguinchor à l’époque, à Thiès aussi c’est aujourd’hui Dr Babacar Diop qui vient prendre la place de Idrissa Seck qui incarnait l’opposition en 2014.  Sous ce rapport, il n’y a pas de changement, Dakar y compris où la plupart des communes ont été raflées par la mouvance khalifiste de Taxawu Dakar. Pour le département de Dakar et Guédiawaye, il y avait un coude à coude entre le PDS et BBY. Là aussi d’après les chiffres provisoires, plusieurs communes ont été remportées par BBY. Seulement qu’il y a eu un changement à Rufisque qui a toujours été un bastion pour la mouvance présidentielle avec la force de frappe de Oumar Guèye qui tend à basculer vers l’opposition d’après les résultats provisoires. Mais globalement il y a un tintamarre médiatique qui est entretenu derrière. Parce que tout simplement il y a des identités remarquables qui ont gagné à Guédiawaye par exemple, mais globalement il n’y a pas de changement. Si vous mettez Barthélémy Diaz à la place de Khalifa Sall de 2014 à 2022, vous vous rendrez compte que c’est la même configuration qui revient. », tente d’analyser Thierno Diop. 

« Rien n’est encore joué, il faut s’attendre à une autre configuration politique »

Toutefois l’analyse politique de préciser que la coalition Yewwi Askan Wi ne doit pas très vite s’engouffrer dans l’euphorie. Pour Thierno Diop, la messe est loin d’être dite pour autant dans les deux camps. Car, estime-t-il toujours, il faut s’attendre à des nouvelles configurations de la scène politique sénégalaise bien avant même les prochaines joutes électorales prévues en Juin 2022. 

« Il faut toujours relativiser sur la force de frappe de la coalition Yewwi Askan Wi. Car la coalition regroupe des entités qui n’ont pas le même format idéologique. Il y a un Khalifa Sall qui serait dans un processus de négociation secrète avec Macky Sall et un Ousmane Sonko qui incarne l’opposition radicale. Ce sont ces deux identités remarquables de la coalition qui pourront déterminer ce que cela va donner. D’où l’importance de poser la question sur le partage du butin. Parce que Khalifa Sall peut revendiquer la victoire à Dakar et il ne faudrait pas le sous-estimer, parce qu’il avait gagné Dakar en 2014. C’est pourquoi, il faut s’attendre à une nouvelle reconfiguration de la classe politique. Il faut aller au-delà des vagues et des résultats pour voir qu’est-ce qui est derrière. Et de ce point de vue, la partie est loin d’être jouée », prédit Thierno Diop.

DakarActu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous