Home Actualité Politique Parcelles Assainies : l’échange salé de piques entre Mbaye Ndiaye et Amadou...

Parcelles Assainies : l’échange salé de piques entre Mbaye Ndiaye et Amadou Bâ

0

La rencontre des femmes de l’Alliance (Apr) pour la république des parcelles assainie, samedi dernier, a été l’occasion pour Mbaye Ndiaye de mettre en garde Amadou Bâ contre toute velléité de se positionner personnellement, au détriment du chef de Macky Sall, poussé en cela par des hypocrites qui pourraient l’entrainer dans un combat qui n’est pas le sien. Prenant la parole, Amadou Bâ qui souligne qu’ils ne sont pas dans une «chefferie», note que ce qui l’intéresse, c’est de travailler dans l’unité, même si ce n’est pas toujours facile. Et que même s’il reconnait que Mbaye Ndiaye est très proche de Macky Sall, il voudrait que ce dernier lui concède aussi son droit de le « concurrencer » dans la proximité avec le chef de l’Etat.

«Mbaye Ndiaye a duré dans le champ politique. Tout ce que quelqu’un trame, je peux le décrypter», a lancé d’emblée Mbaye Ndiaye. Qui enchaîne : «Ce n’est pas la peine de vouloir me prendre à défaut à travers mes propos. Ce que j’ai dit sur Amadou Ba, devant le Président Macky Sall est clair. Je n’ai jamais dit aux Parcellois : je suis venu, pour que vous souteniez Amadou Bâ. Je n’ai jamais dit ça. Et que personne ne me le fasse dire. J’ai dit aux Parcellois, qu’ils soutiennent Amadou Bâ, pour qu’il accompagne le Président Macky Sall. Je m’engage pour qu’on soutienne le Président Macky Sall, aujourd’hui et pour toujours. Si quelqu’un prend ici l’engagement d’accompagner un autre, il est libre de le faire».

«Les hypocrites sont partout. Ils vous poussent dans un combat qui n’est pas le vôtre»

Décidé à mettre les points sur les «i» et surtout à mettre en garde son camarade de parti et responsable local, Mbaye Ndiaye de marteler : «Quelle que soit l’étendue de la base politique, elle appartient au Président Macky Sall. Elle n’est ni pour Mbaye Ndiaye, ni pour Amadou Bâ. Quelle que soit l’importance de la mobilisation, elle n’est ni pour Amadou Bâ, ni pour Mbaye Ndiaye. C’est pour le Président Macky Sall. Il faut que ça soit très clair. Nous sommes encore sur le terrain politique pour soutenir le Président Macky Sall. Il ne peut pas y avoir d’équivoque à ce niveau». Apostrophant l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Mbaye Ndiaye de conclure par une mise en garde : «Amadou Bâ, j’en suis sûr, tu es conscient. Que personne ne te pousse à croire à autre chose. Je te l’ai dit en privé comme en public. Les hypocrites sont partout. Ils vous poussent dans un combat qui n’est pas le vôtre».

«Tu es proches du chef de l’Etat…mais permets moi de te concurrencer à ce niveau»

Prenant la parole, Amadou Bâ n’a pas manqué de répondre à sa manière, aux propos musclés de Mbaye Ndiaye. «Mbaye Ndiaye, je suis d’accord avec toi, le défi utile, c’est le défi de l’unité. Le défi suivant, c’est qu’on oublie nos personnes. Ce débat est dépassé. Ce qui est important, c’est ce qui peut nous donner la victoire, c’est-à-dire, travailler en équipe. Qu’on soit tous unis», a martelé Amadou Bâ. Qui souligne que cette unité d’action est nécessaire, même si ce sera fait avec beaucoup de sacrifices. «Dans ce compagnonnage, il y aura des choses qui nous plairons et des choses qui ne nous plairons pas. Que ça soit Mbaye Ndiaye ou Amadou Bâ, personne ne fait l’unanimité», soutient-il. Non sans préciser que le Président Macky Sall lui avait demandé d’aller travailler politiquement aux Parcelles assainies, et il est toujours dans cette dynamique. S’adressant aussi directement à Mbaye Ndiaye, il lui dira : «Nous sommes ensemble, pour soutenir, pour appuyer le Président Macky Sall. Tu as une place particulière auprès de lui. Ça je le sais. Et je peux en témoigner. Mais permets moi de te concurrencer à ce niveau. Que je fasse en sorte que tu n’aies pas plus de place que moi auprès de lui». En outre l’ancien argentier de l’Etat a signifié à Mbaye Ndiaye qu’avant de venir faire de la politique aux Parcelles Assainies, sur instruction du chef de l’Etat et patron de l’Apr, il avait déjà fait trois ans dans le gouvernement. Une manière de lui dire qu’il n’est pas né de la dernière pluie politique et qu’il n’a pas besoin d’être guidé. «Nous ne sommes pas en chefferie, ici. Ce qui importe, c’est l’engagement auprès des populations des Parcelles. Prendre en compte leurs préoccupations et surtout travailler dans l’unité, c’est extrêmement important…», assène-t-il.

L’info  

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Exit mobile version