Home International Afrique Décès du président Tchadien : Idriss Déby ou la fin de 30...

Décès du président Tchadien : Idriss Déby ou la fin de 30 ans de ‘règne’ d’un Maréchal stratège

0
Né en 1952 à Berdoba, Idriss Déby Itno est diplômé en aéronautique, il participe au mouvement de rébellion de 1980 à 1984 contre Goukouni Oueddei. Se trouvant ainsi en désaccord avec le nouveau pouvoir (à sa tête Hissène Habré), il part en exil à partir de 1989 et crée en 1990 le Mouvement patriotique du Salut (MPS). C’est au cours de la même année que ses forces s’emparent de N’Djamena et chassent le président Habré du pouvoir, dont il s’empare au mois de décembre. Ainsi, Idriss Déby est officiellement élu en 1996, 2001, 2006 et en 2011 avec 88 % des voix. Chef militaire formé en France et au Tchad, Idriss Déby est arrivé au pouvoir par la force. L’ironie du sort veut que le président tchadien se retrouve aujourd’hui aux prises avec des rebelles qui semblent s’inspirer de ses propres méthodes pour tenter de prendre les commandes du pays. Les rebelles du Front uni pour le changement (FUC) ont fait de la région du Darfour, dans le Soudan voisin, leur base arrière, tout comme il l’avait fait lui-même, il y a 16 ans. Lors d’une offensive sur N’Djamena repoussée par l’armée tchadienne, les insurgés se sont montrés très mobiles en utilisant des camionnettes légères, une méthode employée par Déby dans son passé de seigneur de guerre.

Conseiller militaire chevronné, le président Déby est né dans une famille de bergers et formé dans des écoles militaires au Tchad et en France. Il faut rappeler qu’il s’est allié  à Hissène Habré, chef rebelle du Nord, lors d’une guerre civile qui éclate en 1979. C’est d’ailleurs en devenant président que l’ancien président Habré le nomme commandant en chef de l’armée tchadienne en 1983. Fort dans sa stratégie de lutte contre les rébellions, Idriss Deby parviendra, un an plus tard, à écraser une rébellion pro-libyenne dans l’est du Tchad. Au retour d’une formation qu’il a effectuée en France, il obtient le poste de conseiller militaire du président Habré. En 1989, rien ne va plus entre les deux hommes. Déby, son cousin Hassan Djamous, qui l’a remplacé au poste de commandant en chef, et son demi-frère Ibrahim Itno, ministre de l’Intérieur, sont accusés de fomenter un coup d’Etat.

Craignant d’être arrêtés, les trois hommes s’enfuient. Djamous est tué mais Déby parvient à gagner le Darfour, où il crée le Mouvement patriotique de Salut (MPS) soutenu par le Soudan et la Libye. C’est ainsi qu’en  1990, il renversa Hissène Habré, aujourd’hui en exil au Sénégal. La chute du régime Habré a été accueillie avec satisfaction. Une commission mise sur pied au Tchad en 1992 l’a accusé de 40.000 meurtres politiques et de 200.000 cas de torture.

Aujourd’hui, le président Idriss Déby Itno venait  d’être réélu avec 79,32 % des voix pour un sixième mandat. Cet allié stratégique des Occidentaux dans la lutte anti djihadiste laisse ainsi le Tchad dans un avenir qui peut être considéré comme sombre si l’on se fie sur son implication dans la lutte contre ces groupes armés.

DakarActu

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Exit mobile version