Les accidents vasculaires cérébraux – AVC : les signes avant-coureurs

by Koldanews | mercredi, Fév 22, 2017 | 413 views

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) tuent plus de 30.000 personnes par an en France, alerte Santé publique France. La prise en charge rapide des accidents ischémiques transitoires est essentielle pour réduire le nombre d’AVC.

Malgré des progrès réalisés ces dernières années, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) continuent de tuer plus de 30.000 personnes par an en France, en majorité des femmes, selon une étude de l’agence Santé publique France parue le 21 février 2017. L’AVC constituait la première cause de mortalité chez les femmes, devant le cancer du poumon, avec 18.343 décès enregistrés en 2013, et la troisième cause de mortalité chez les hommes (13.003 décès) après le cancer du poumon et les causes externes (accidents, suicide).

Or, un AVC sur quatre survient après un signal d’alerte fort : un accident ischémique transitoire (AIT), sorte de mini AVC temporaire qui se manifeste par une faiblesse ou une paralysie passagère d’un côté du visage ou du corps, ou par un trouble de la parole (aphasie). ” La fumée précédant l’éruption prochaine d’un volcan, explique le Pr Pierre Amarenco, chef du Centre d’accueil et de traitement de l’attaque cérébrale à l’hôpital Bichat (AP-HP, Paris). Avec une équipe internationale de neurologues spécialisés, ce dernier a publié jeudi 21 avril 2016 une étude dans le New England Journal of Medicine qui montre que la prise en charge précoce de ce signal d’alarme pourrait permettre de réduire de moitié les risques de survenue d’un AVC.

Les signes sont variés. Dans de nombreux cas, les patients ont l’un des trois (voire deux ou trois) symptômes suivants : des anomalies au visage (asymétrie faciale, chute des paupières ou de la bouche), des paralysies motrices (des bras et/ou des mains) et des troubles du langage (des difficultés à parler, à comprendre, voire les deux). Les Anglais utilisent l’acronyme FAST pour se souvenir de ces signes avant-coureurs (Facial drooping, Arm weakness, Speech difficulties and Time). Mais certains patients ressentent seulement des troubles visuels, ce qui ne facilite pas le diagnostic.

Propos recueillis par Lise Loumé auprès du Pr Philippe Gabriel Steg

Un accident grave qui peut passer inaperçu

L’AIT résulte en réalité du même processus vasculaire qu’un AVC : un caillot sanguin vient se loger dans une artère cérébrale et bloque la circulation sanguine oxygénant une partie des tissus cérébraux. Sauf que dans le cas d’un AIT, l’obstruction du vaisseau sanguin est brève, quelques secondes à moins d’une heure. Les tissus du système nerveux central touchés n’ont pas le temps de se nécroser, et l’événement ne laisse pas de séquelle. Ainsi, la gravité de ce type d’accident peut passer inaperçue. Pourtant donc, 25% des 120.000 personnes touchées chaque année en France par un AVC auront connu dans les semaines ou mois précédents une ischémie transitoire.

Mais selon le Pr Amarenco, en sensibilisant les patients et en prenant mieux en charge ces épisodes piégeux, ce sont 15.000 à 24.000 AVC qui pourraient être évités. Ce ponte de l’AVC en France explique à nos confrères du Monde : ” Jusqu’alors, quand les patients faisaient un AIT, ils étaient envoyés aux urgences de l’hôpital, mais comme leurs symptômes avaient disparu, ils étaient renvoyés chez eux, puis adressés à leur médecin traitant. Les examens prescrits étaient réalisés dans les 15 jours suivants. Entre temps, bien des patients faisaient un AVC, regrette-t-il.

L’objectif de l’étude publiée était ainsi de montrer la pertinence d’une prise en charge ultraprécoce des AIT. Car dans 12 à 20% des cas, l’AIT est suivi d’un AVC au cours des trois mois qui suivent. Ainsi 4.789 patients ayant présenté un signe d’AIT ont été recrutés entre 2009 et 2011 dans 61 établissements répartis sur 21 pays. 80% d’entre eux ont bénéficié d’une prise en charge rapide, en mois de 24 heures. Un an après leur AIT, ces personnes suivies de façon très précoce ont vu leur risque d’AVC chuter à 6,2%. Des résultats qui confirment l’efficacité de cette prise en charge à laquelle seulement deux unités spécialisées sont dédiées en France, à Paris et Toulouse. Un nombre dérisoire de ces cliniques SOS-AIT au regard des 200 centres en activité au Royaume-Uni.

Par Hugo Jalinière sciencesetavenir.fr

Like it? Share it!

Leave A Response