Home Actualité Iancuba Djola Ndjai, ex-ministre et martyr de la diaspora bissau-guinéenne, de passage...

Iancuba Djola Ndjai, ex-ministre et martyr de la diaspora bissau-guinéenne, de passage à Roubaix

Durant trois jours, Roubaix a accueilli Iancuba Djola Ndjai, ancien ministre d’État pour les affaires de la sécurité et de la défense de Guinée-Bissau de 2009 à 2012. Un an après la venue de Carlos Gomes Júnior, ex-Premier ministre du pays. Une visite quasi-anonyme durant laquelle il a rencontré le maire Pierre Dubois, le premier secrétaire du PS roubaisien Mehdi Massrour et les ressortissants roubaisiens qu’il tenait à remercier pour leur soutien durant ces derniers mois.
Exilé depuis plus d’un an, Iancuba Djola Ndjai serait une légende pour toute la diaspora bissau-guinéenne et la centaine de ressortissants présente à Roubaix. « Il a souffert pour le peuple. C’est ce courage qu’on attend des hommes politiques », explique Papé Dabo, un des coordinateurs lusophones du collectif de ressortissants arrivés de Paris.

Kidnappé et torturé

Iancuba Djola Ndjai est soutien du Premier ministre sortant Carlos Gomes Júnior lorsqu’éclate le putsch militaire en plein entre-deux tours de l’élection controversée d’avril 2012 (explication en bas). Sans portefeuille ministériel, il devient représentant du « Frenagolpe » (front anti-putsch, ndlr) avant d’être kidnappé à Bissau par « des hommes en civil armés ».

Iancuba Djola Ndjai est alors mené « à la campagne ». Ligoté et torturé. « Combien de temps ? » Il ne sait pas. Assez pour être laissé pour mort par ses ravisseurs en tout cas.

Recueilli par des villageois, Iancuba Djola Ndjai est conduit urgemment en ville où un avion pour Dakar l’attend. Débarqué au Sénégal, il redécolle peu après pour Paris, direction l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière où il restera près de six mois, en convalescence. Là, il reçoit deux visites de la délégation du Nord menée par le Roubaisien Dembo Cante. Des initiatives qui l’ont beaucoup touché.

« 100 % guéri » depuis le 30 juillet dernier, Iancuba Djola Ndjai a souhaité revoir ces « gens qu’il ne connaissait pas toujours » à sa sortie. Après Paris et Bruxelles, il est donc venu à Roubaix retrouver Dembo Cante et a découvert Roubaix et ses représentants.

S’il apprécie « l’ouverture d’esprit » de la ville, Iancuba Djola Ndjai n’y séjournera pas plus longtemps. Dès demain, il sera aux universités d’été du Parti socialiste à La Rochelle où il témoignera de la situation des droits de l’homme dans son pays. Pays qu’il espère retrouver dès novembre prochain pour les élections même si « pour le moment, la délégation (lui) déconseille d’y retourner puisque rien ne garantit la sécurité malgré ce que la communauté internationale peut croire ».

(Explication 🙂 Elle fait suite au décès du président en exercice, Malam Bacai Sanhá et oppose au second tour Carlos Gomes Júnior du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), dit « l’homme le plus riche du pays » à Kumba Yala, ex-PAIGC.

Simon Lancelevé (lavoixdunord.fr)

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile